Alors que le jour se levait sur le circuit Bugatti, l’écart entre la Yamaha du GMT94 de Mike di Meglio, dont les coéquipiers étaient David Checa et Niccolo Canepa, était d’une quarantaine de secondes de retard sur la Yamaha du YART de Broc Parkes, Marvin Fritz et Kohta Nozane. A 8 h du matin, les deux R1 n’étaient plus séparées que de 22 secondes.

Les performances des deux Yamaha étaient très proches, et l’écart qui séparait les deux motos s’expliquait essentiellement par une erreur de choix de roue avant lors d’un ravitaillement de la 94. Le préposé amenait la mauvaise roue, et il fallait aller chercher la bonne qui se trouvait encore sous couverture chauffante.

Sinon les deux R1 n’avaient connu aucun problème technique important et la course semblait donc devoir se disputer au finish entre les deux Yamaha officielles, qui n’étaient nullement inquiétées par le troisième à neuf tours. La moto du YART était équipée en Bridgestone et celle du GMT94 en Dunlop. Le patron japonais du service compétition Yamaha, présent au Mans, prendrait-il la décision de figer le classement pour ne pas risquer un duel fratricide, éventuellement nuisible pour les intérêts du constructeur ?

Du côté de Randy de Puniet, sa Kawasaki a connu de nombreux petits problèmes après sa chute, dont une panne de phare pendant la nuit. Ce matin à 8 heures, la SRC Kawasaki pointait en cinquième position à 10 tours de la Yamaha des leaders, mais à 58 secondes de la Honda FCC TTSR qui occupait la quatrième place. Cette CBR1000 RR ne pointait qu’à 13 secondes de la Suzuki du SERT alors troisième. Le podium pouvait être jouable pour Randy, à condition que la machine ne connaisse pas trop d’ennuis. Elle tournait ce matin en 1’38 avec Fabien Foret, soit dans les mêmes chronos que les machines de tête.

Classement à la dix-septième heure :

capture

 

 

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams :