Profitant des journées libres entre les différentes séances d’essais des 8 heures de Suzuka, nous avons repris contact avec Randy de Puniet pour savoir comment s’étaient déroulés ses roulages de la semaine dernière et faire un ultime point avant le week-end de course qui débutera en piste jeudi à 13h50 locale. 


Bonjour Randy et merci de nous accorder un peu de temps depuis le Japon. Revenons sur la dernière séance d’essais. Finalement, il n’y avait que des Honda ?

« Oui, il y avait seulement cinq Honda. Les trois officielles, c’est-à-dire la MuSASHi RT HARC-PRO Honda avec Takumi Takahashi, Takaaki Nakagami etJack Miller, la F.C.C. TSR avec Stefan Bradl, Dominique Aegerter et moi-même, la Moriwaki Motul Racing avec Yuki Takahashi, Ryuichi Kiyonari et Dan Linfoot, plus deux autres que je ne connaissais pas. »

Avez-vous pu rouler efficacement ?

« Oui et non. Le premier matin, la piste n’était pas bonne car les voitures qui avaient tourné l’avaient salie, et les deux premières heures ont donc été gâchées. L’après-midi, c’était bien mieux mais il a fait super chaud. Et quand je dis chaud, c’est plus de 50° sur la piste. Mais, ça nous a quand même permis de pas mal travailler.
Le deuxième matin, il a plu, et ça a donc écourté la séance avec la piste séchante. On a quand même pu travailler mais c’est surtout durant le deuxième après-midi où j’ai quasiment fait deux simulations de course durant les deux heures. J’ai pu y tester les deux sortes de pneus de course, l’extra dur et le dur. C’était intéressant de voir comment se comportait la moto tout au long de ces runs de 26 tours. »

Si ce n’est pas un secret, tu roulais en combien, lors de tes simulations de course ?

« J’étais en 2’08 pendant 10 tours, puis en petit 2’09 pour les tours suivants. Je dirais que c’est plutôt correct, sachant que je n’avais aucun pilote à doubler puisqu’il n’y avait personne sur la piste. C’était d’ailleurs monotone, mais je pense qu’on a un bon rythme, voire un rythme pour jouer la gagne. Maintenant, il faut tout bétonner et on a encore des séances d’essais. J’aimerais bien améliorer la maniabilité de la moto parce que je pense que l’on peut encore gagner dans ce domaine. On a essayé des choses la dernière fois, mais ça n’allait pas dans le bon sens. On a trouvé des petites choses mais là, on a encore des idées, mais malheureusement les deux heures perdues le premier jour ne nous ont pas permis de travailler comment on voulait au niveau du châssis. »

Au niveau du châssis justement, il y a toujours un compromis entre les trois pilotes concernant la position. Vous êtes tous à peu près satisfaits ?

« Là, avec Aegerter, franchement, nous avons eu les mêmes directions au niveau de toutes les décisions que l’on a prises pour les suspensions. Ça, c’était déjà bien. Après en ce qui concerne les leviers, les cale-pieds, etc., c’est pareil à quelques millimètres près. Et comme je dis, des fois tu tombes en course, tu repars avec un levier tordu ou une pédale de frein 1 cm plus haut, et tu vas aussi vite. Donc… on a trouvé un compromis et ça va bien. »

Apparemment, il y a deux sortes de pneus Bridgestone : les Japonais et les Européens. Y a-t-il une différence de performance ?

« Il semblerait que non. Le YART et nous, nous roulons avec des Bridgestone européens alors que la MuSASHi, la Yamaha officielle et la Kawasaki roule avec des pneus japonais. Mais aujourd’hui, c’est difficile à voir une différence puisque l’on n’a pas pu comparer les deux. »

Après cette première série d’essais dominés par les Honda, qui te semble vraiment dangereux pour la victoire ?

«  La MuSASHi, la Yamaha officielle, la Yoshimura Suzuki, la Moriwaki, sans oublier la Kawasaki. Après, je n’ai pas décortiqué les chronos de tous les pilotes. Par exemple chez Kawasaki, Haslam roule bien mais le deuxième pilote un peu moins bien. Mais de combien, on ne sait pas. Je pense que toutes ces motos vont se tenir et que ça va se jouer à qui sera le plus malin pour doubler les retardataires, qui fera le moins d’erreurs possible sur la piste et en dehors. »

Chez MuSASHi, Jack Miller se détache-t-il des deux autres pilotes ?

« Non, pas vraiment. Je dirais même que c’est plutôt les deux pilotes japonais qui roulent le plus vite. Nakagami a vraiment bien roulé la dernière fois. D’après ce que j’ai pu voir, mieux que Takahashi, alors que la première fois c’était l’inverse. »

Toi qui est sur place, qu’annonce la météo pour le week-end de course ?

« Ils annoncent beau et chaud. Peut-être un peu orageux le jeudi, mais à partir de là, aucune chance de pluie, ce qui est une bonne chose. Mais par contre, ils annoncent chaud et humide. On va morfler (rires) ! D’ailleurs, mes deux simulations, je les ai senties passer. Surtout qu’après un relais, tu as seulement 40 minutes pour te remettre en état, te rhabiller et repartir. »

Pourquoi 40 minutes ? Vous êtes bien trois pilotes ?

« Si jamais le troisième pilote n’est pas en forme, on peut envisager de faire la course à deux. »

Merci Randy, et on te dit Merde pour la course !


Téléchargez la liste des engagés !

Téléchargez le déroulement du week-end !

Crédit photo : Good-Shoot.com

Tous les articles sur les Pilotes : Randy de Puniet

Tous les articles sur les Teams :