Seul représentant de la catégorie MotoGP lors de ces 8 Heures de Suzuka, Jack Miller a fait le point avec MCN en comparant son habituelle Honda RC 213 V MotoGP avec la CBR 1000 RR officielle du MuSASHi RT HARC-PRO dont il dispose ce week-end.

Auteur d’une chute lors de la première journée des essais, le pilote australien sait prendre le bon côté des choses en appréciant le côté ludique de cet intermède, tout en restant concentré sur une épreuve à laquelle il a déjà participé pour la même marque.

Jack Miller : « Concernant l’électronique, nous sommes également sur un système Magneti Marelli ici, et les sensations sont assez similaires. En plus de cela, c’est assez agréable de piloter cette chose. Elle a moins de puissance et elle n’essaie pas de vous arracher le dos à chaque fois que vous sortez d’un virage, et cela facilite un peu le pilotage : je suis content de la piloter, et pas une MotoGP pendant huit heures !

La boîte de vitesses est une grande différence pour moi, car il y a beaucoup d’à-coups dans la boîte standard et les changements sont plus lents. Mais c’est très amusant, car la moto se déplace beaucoup. Les pneus Bridgestone fonctionnent très bien, et les sensations sont assez semblables à celles que nous avions en MotoGP en 2015, ce dont je suis content. Vous pouvez faire bouger la moto, la faire glisser, mais le pneu dure quand même.

C’est bon d’être de retour sur une moto et le feeling est bon. Nous avons fait des chronos décents dans la séance du matin avec les pneus usés, ce dont j’étais content. Dans l’après-midi, j’ai fait un tour correct, puis j’ai ralenti et je suis reparti. J’ai allumé deux secteurs en rouge et j’ai chuté, ce qui n’était pas idéal, mais c’était mon premier crash sur la moto et je suis heureux de l’avoir fait avant la course ! »

Ce matin, personne n’a pu s’empêcher de remarquer que Jack Miller n’a pas pris part aux qualifications, laissant sa place à Takumi Takahashi et Takaaki Nakagami

Tous les articles sur les Pilotes : Jack Miller

Tous les articles sur les Teams :