À l’issue de cette première journée d’essais officiels IRTA à Jerez, nous avons pu nous entretenir avec Alain Bronec pour saisir l’atmosphère de cette rentrée des classes de la catégorie Moto3.

Nous avons trouvé un team manager satisfait du travail accompli mais qui attend vendredi soir pour dresser un bilan plus consistant de cette première série de tests.

Néanmoins, tout s’est passé conformément au plan de travail pour les deux Rookies du team français dont l’un, détaché par la VR46 Riders Academy dans le team CIP, nous semble déjà engendrer quelques espoirs…


Alain, quelles étaient les conditions aujourd’hui ?

” Parfaites ! La piste est montée jusqu’à 44° avant de redescendre à 28 en fin d’après-midi quand un léger vent s’est levé. Mais globalement, c’était une belle journée avec des conditions parfaites.”

Cela a forcément une influence sur les chronos…

” Oui, bien sûr ! Ce genre de météo que l’on trouve fréquemment en hiver en Espagne favorise les chronos puisque, avec l’air frais, les moteurs fonctionnent très bien et les pneus adhèrent sur la piste chaude. C’est pour cela que l’on voit des records régulièrement battus ici en hiver, alors que cela tournera peut-être un petit peu moins vite lors du Grand Prix.”

Avec votre expérience, comment estimez-vous le niveau de cette saison 2017 ?

” Je pense que ça va être un niveau incroyable ! Cannet a tourné en 46. 4. Ça commence à être très rapide !”

Comment s’est déroulée votre journée ?

“La journée a été intéressante car il s’agissait de la première journée avec tout le monde. L’équipe se met en place et nous avons bien travaillé, avec une bonne collaboration avec Mahindra. Nous sommes donc contents de cette journée et nous sommes concentrés sur le travail à faire avec nos deux pilotes. Franchement, ça se passe pas mal et je suis content de ce qui se passe.

Au cumul, Marco Bezzecchi est 13e temps. Pour une première journée, c’est très honnête d’autant que l’on a passé les pneus tendres quand la piste était encore un peu trop chaude. On aurait sans doute dû attendre la toute fin d’après-midi pour ne pas dégrader les pneus trop vite. Mais cela ne nous a pas empêché de confirmer ce que nous avions fait la semaine dernière ici même, à savoir les réglages pour la course. Il nous reste encore deux jours pour tout valider avant de partir au Qatar pour y faire la même chose en vue de la première course de la saison.

De l’autre côté du box, Manuel Pagliani n’a pas encore beaucoup d’expérience avec la Mahindra et doit donc aligner les tours. Il est encore en phase de découverte. Ce matin, c’était forcément un petit peu difficile mais, en fin d’après-midi, nous avons trouvé un réglage qui était intéressant pour lui. Il progresse donc rapidement et ce n’est pas si mal d’autant que, contrairement à Bezzecchi, il utilisait aujourd’hui un moteur 2016. Dès demain matin, il fera le Shakedown et un peu de rodage du 2017 puis nous garderons ce moteur pour les essais du Qatar. ”

Aujourd’hui, sait-on exactement qui à des moteurs 2016 et qui a des moteurs 2017 ?

” Non, c’est impossible à savoir. Chez KTM, certains semblent avoir de très bons moteurs alors que d’autres non. Les nouveaux moteurs Honda sont censés seulement arriver au Qatar, ce qui ne pose pas de problème vu leur passé de mise au point et de fiabilité.”

Votre conclusion ?

” Il n’y a rien de vraiment exceptionnel à dire, si ce n’est que Bezzecchi est quand même impressionnant. Sauf en fin de journée, il a toujours été à 5 ou 6/10 du meilleur temps et est rapide dès ses premiers tours lancés. On ne va pas s’avancer trop vite et on verra bien où on en est à la fin de ces essais, mais je pense qu’il a un potentiel vraiment très intéressant. Pour le moment, nous sommes simplement contents et essayons de continuer à travailler du mieux possible.”

Tous les articles sur les Pilotes : Manuel Pagliani, Marco Bezzecchi

Tous les articles sur les Teams : CIP-Unicom Starker