Il en rêvait, Aleix, de cette première victoire de la GSX-RR. Il y a assisté, mais peut-être pas de la manière dont il l’avait envisagée. Alors que ses meilleurs résultats ont été cette année deux cinquièmes places à Austin et Jerez, le bouillant Hidalgo a vu s’éloigner au loin sur les terres anglaises dès le début de la course son coéquipier Maverick, qui a triomphé en empereur et totalise désormais plus du double de points que lui, 125 à 60.

Les qualifications ne s’étaient pas déroulées de manière idéale pour Aleix, non pas en raison de sa onzième place, mais surtout à cause des 6 secondes qui le séparaient de la pole position de Cal Crutchlow. Le début de course d’Aleix était un véritable enfer, avec son jeune frère Pol évacué sur une civière à la suite de son accrochage avec Loris Baz. Les images de la chute étaient impressionnantes, mais l’ainé des Espargaro n’avait pas le choix : il fallait prendre le deuxième départ et assurer.

Dixième en début de course alors que Vinales caracolait en tête, Aleix remonta impeccablement à la septième place sur la ligne d’arrivée. C’était son quatrième meilleur résultat de l’année, et en plus il s’était offert son compatriote Champion du Monde en titre Jorge Lorenzo, qu’il passait sans rémission au dixième tour et précédait de presque trois secondes sous le drapeau à damier.

« J’ai pu finir la course en ne terminant pas très loin des leaders, commentait-il ensuite. Nous devons encore travailler dur pour apporter de nouvelles améliorations, être patient et travailler étape par étape. En même temps, je suis vraiment heureux pour mon coéquipier Maverick et de voir la Suzuki sur la plus haute marche du podium. L’évolution que nous avons faite au cours des 20 derniers mois après notre retour en MotoGP est incroyable, et toute cette famille Suzuki mérite ce résultat. Nous allons continuer à nous battre pour obtenir également de meilleurs résultats avant la fin de la saison. »

Aleix Espargaro pilotera l’année prochaine une Aprilia, en compagnie de Sam Lowes.

Tous les articles sur : Aleix Espargaro