Le sujet fait actuellement débat au sein du paddock des Grands Prix; faut-il interdire les ailerons, au nom de la sécurité?

Des mesures ont été récemment prises lors de la Commission Grand Prix au Qatar (interdiction immédiate en Moto2, interdiction en Moto3 l’année prochaine, étude du cas en MotoGP) et Loris Capirossi s’était déplacé pour essayer de casser un de ces appendices dans le box Ducati en Argentine.

Aujourd’hui, Andrea Dovizioso monte au créneau sur GPone pour défendre ce qui reste néanmoins une avancée technique: “il est juste de parler de sécurité et d’accepter de soumettre ces ailerons à une sorte de crash test. Mais ne pense pas qu’ils peuvent blesser quelqu’un, parce qu’ils sont vraiment très fragiles.

Il est clair que nos adversaires tentent de nous limiter parce que nous avons beaucoup investi dans ce domaine, et que nous y sommes maintenant devant eux,  mais je ne trouve pas cela juste; une fois que vous faites un règlement, il doit être respecté, on ne doit pas changer les règles en cours de route”.