Après avoir vu dans la première partie l’intérêt de l’apport d’un coach, en particulier celui de Randy Mamola pour Bradley Smith, le pilote britannique explique maintenant comment utiliser au mieux l’énorme quantité d’images télévisées disponibles, filmées sous divers angles lors de toutes les séances d’essais officielles et des courses.

« Je me regarde sur les images télévisées pour savoir à quoi je ressemble quand je suis « bon » sur la moto, explique Bradley. Vous savez à quoi vous ressemblez quand vous êtes à l’aise sur la moto… certainement pas quand vous êtes en train de rouler comme si vous aviez une perche dans l’arrière-train !

« Vous ne le savez pas toujours lorsque vous roulez, mais quand vous le voyez à la télévision après, vous le savez tout de suite : le langage corporel est très clair et il y a toujours une raison pour une action ou une réaction.

« Les images embarquées ne me sont d’aucune utilité, la seule chose que nous pouvons en tirer, ce sont les rapports des boîtes de vitesses des autres, si ils utilisent la deuxième ou la première vitesse dans un virage en particulier. Je ne connaissais pas quels rapports de démultiplication utilisaient les autres l’année dernière (pour la première année de KTM, ndlr), donc cela nous a aidés à comprendre.

«Les changements de vitesses peuvent aussi aider à voir si quelqu’un change de vitesse dans une zone glissante ou pour empêcher les wheelies. C’est quelque chose que vous pouvez noter. Ensuite, vous devez décider quelles différences vous pouvez transférer à votre bénéfice.

« Tout cela est une information que vous ne pouvez pas nécessairement utiliser de première main, mais quelque chose à laquelle vous pouvez penser. Il faut utiliser sa créativité.

« Il en va de même lorsque vous regardez les séances d’entraînement à la télé et que vous voyez quelqu’un dépasser un pilote plus lent à un certain endroit ou si vous voyez quelqu’un rentrer en profondeur dans une courbe, mais avoir quand même la capacité de bien prendre le virage.

« Ou peut-être voyez-vous quelqu’un rouler au-dessus d’un vibreur d’une manière que vous ne pensiez pas possible, alors que si vous prenez ce petit vibreur, cela ouvre une trajectoire légèrement différente pour le virage suivant.

« Vous pouvez vous souvenir de tout ce genre de choses « en option », c’est-à-dire recueillir des informations dont vous n’aurez peut-être même pas besoin avant le dernier tour de la course.

« Parce que nous avons une nouvelle moto, nous pensons parfois tellement à la moto que nous ne pensons pas uniquement à la piste, alors que certains sont si confiants avec leur moto qu’ils peuvent simplement se concentrer sur la piste.

« Vous pouvez donc utiliser la couverture télévisée et d’autres personnes – comme un coach – pour en tirer cette information. C’est important. »

Crédit photos (Bradley Smith lors des tests de Sepang) : Gold and Goose pour KTM

Source : Peter McLaren pour Crash.net