Avec un Brad Binder possédant 106 points d’avance sur Enea Bastianini, le poleman de ce Grand Prix, reste-t-il un suspens dans ce championnat?

Honnêtement, non. Sauf événement dramatique, plus aucun concernant le titre; le pilote sud-africain fera son arrivée en Moto2 avec une couronne sur la tête.

Mais cela ne nous empêchera pas de voir et d’apprécier de belles courses, ainsi que d’applaudir des deux mains la combativité de Brad Binder, qui ne profite pas de sa situation privilégiée pour jouer les épiciers !

Les conditions (22°/27°) sont idéales pour ce Grand Prix d’Aragon présentant une première ligne composée de Bastianini, Navarro et Canet , Livio Loi, initialement 3e  ayant été déclassé pour avoir utilisé une boîte de vitesses non conforme, et Gabriel Rodrigo, initialement 4e ayant été rétrogradé de 4 places pour avoir attendu pour prendre une aspiration.

A l’extinction des feux, Bastianini conserve l’avantage de sa pole position et une cassure se produit dès le premier tour, permettant à Navarro, Bastianini, Binder, Rodrigo, Oettl et Canet de se détacher.

Dans ce premier groupe, Navarro et Bastianini semblent légèrement au-dessus du lot et parviennent à prendre quelques longueurs devant Binder. On connaît toutefois la stratégie habituelle du Sud-Africain, à savoir effectuer une montée en puissance progressive…

Dans le 4e tour, on constate que le deuxième groupe, sous l’impulsion de Mir, Guevara et Quartararo, est plus rapide que les hommes de tête; une jonction est donc à prévoir à terme. Celle-ci intervient d’ailleurs plus tôt que prévu, puisque les hommes de tête perdent du temps à se passer et repasser.

Oettl prend la tête de la course devant Navarro à 14 tours du drapeau à damier pendant que Binder et Bastianini, les deux prétendants au titre, n’ont de cesse de se dépasser pour la 3e position.

3 tours et quelques dizaines de dépassements plus tard, Brad Binder se porte en tête devant Di Giannantonio, l’homme le plus rapide du warm up. Le rookie prend d’ailleurs provisoirement l’avantage sur le pilote Ajo quelques virages plus loin.

La seconde moitié de course se déroule globalement sous le commandement de Brad Binder qui emmène 10 autres pilotes: Bastianini, Di Giannantonio, Oettl, Martin, Mir (parti 26e), Navarro, Migno, Canet, Guevara et Rodrigo. Il doit toutefois faire face aux attaques de Oettl et, surtout, des deux pilotes Gresini qui jouent le jeu d’équipe. Les esprits s’échauffent et les contacts se multiplient…

A 5 tours de la fin de course, le rythme s’accélère et 4 hommes se détachent: Binder, Bastianini, Navarro et Di Giannantonio. Les dépassements s’enchaînent et la course est superbe.

Lors du dernier tour, c’est Bastianini qui passe premier devant Binder, Navarro et Di Giannantonio, mais dans la longue ligne droite, Navarro et Binder passe: le pilote Red Bull Ktm Ajo est titré champion du monde Moto3 et succède ainsi à John Ekerold, champion 350cc en 1980!

Fabio Quartararo termine 12e, Jules Danilo 19e.

Crédit photos et vidéo: Twitter MotoGP

Pos.    Points    Num.    Pilote    Pays    Team    Moto    Km/h    Temps/Ecart
1    25    9    Jorge NAVARRO    SPA    Estrella Galicia 0,0    Honda    152.5    39’56.973
2    20    41    Brad BINDER    RSA    Red Bull KTM Ajo    KTM    152.5    +0.030
3    16    33    Enea BASTIANINI    ITA    Gresini Racing Moto3    Honda    152.5    +0.107
4    13    4    Fabio DI GIANNANTONIO    ITA    Gresini Racing Moto3    Honda    152.5    +0.162
5    11    36    Joan MIR    SPA    Leopard Racing    KTM    152.4    +1.724
6    10    88    Jorge MARTIN    SPA    Gaviota Mahindra ASPAR    Mahindra    152.4    +1.903
7    9    44    Aron CANET    SPA    Estrella Galicia 0,0    Honda    152.4    +1.979
8    8    19    Gabriel RODRIGO    ARG    RBA Racing Team    KTM    152.3    +3.008
9    7    58    Juanfran GUEVARA    SPA    RBA Racing Team    KTM    152.3    +3.101
10    6    65    Philipp OETTL    GER    Schedl GP Racing    KTM    152.3    +3.559
11    5    16    Andrea MIGNO    ITA    SKY Racing Team VR46    KTM    152.3    +3.594
12    4    20    Fabio QUARTARARO    FRA    Leopard Racing    KTM    152.0    +6.883
13    3    17    John MCPHEE    GBR    Peugeot MC Saxoprint    Peugeot    151.9    +9.742
14    2    23    Niccolò ANTONELLI    ITA    Ongetta-Rivacold    Honda    151.9    +9.758
15    1    64    Bo BENDSNEYDER    NED    Red Bull KTM Ajo    KTM    151.9    +9.776
16        21    Francesco BAGNAIA    ITA    Gaviota Mahindra ASPAR    Mahindra    151.9    +9.931
17        55    Andrea LOCATELLI    ITA    Leopard Racing    KTM    151.6    +13.358
18        11    Livio LOI    BEL    RW Racing GP BV    Honda    151.6    +13.645
19        95    Jules DANILO    FRA    Ongetta-Rivacold    Honda    151.3    +18.776
20        76    Hiroki ONO    JPN    Honda Team Asia    Honda    151.1    +22.193
21        24    Tatsuki SUZUKI    JPN    CIP-Unicom Starker    Mahindra    151.0    +22.800
22        89    Khairul Idham PAWI    MAL    Honda Team Asia    Honda    150.6    +30.459
23        7    Adam NORRODIN    MAL    Drive M7 SIC Racing Team    Honda    150.6    +30.749
24        12    Albert ARENAS    SPA    Peugeot MC Saxoprint    Peugeot    150.2    +36.510
25        48    Lorenzo DALLA PORTA    ITA    SKY Racing Team VR46    KTM    149.8    +43.028
26        40    Darryn BINDER    RSA    Platinum Bay Real Estate    Mahindra    149.8    +43.441
27        42    Marcos RAMIREZ    SPA    Platinum Bay Real Estate    Mahindra    149.8    +43.478
28        6    Maria HERRERA    SPA    MH6 Team    KTM    148.1    +1’10.624
29        77    Lorenzo PETRARCA    ITA    3570 Team Italia    Mahindra    147.9    +1’14.198
30        18    Gabriel MARTINEZ-ABREGO    MEX    Motomex Team Worldwide Race    Mahindra    146.0    +1’45.935
Non classé
43    Stefano VALTULINI    ITA    3570 Team Italia    Mahindra    144.3    11 Tours
N’a pas fini le 1er tour
8    Nicolo BULEGA    ITA    SKY Racing Team VR46    KTM        0 Tour
84    Jakub KORNFEIL    CZE    Drive M7 SIC Racing Team    Honda        0 Tour
3    Fabio SPIRANELLI    ITA    CIP-Unicom Starker    Mahindra        0 Tour

Tous les articles sur : Jorge Navarro