Dans une saison MotoGP où l’on recense déjà le chiffre record de huit vainqueurs, l’échéance d’Aragon se présente ce week-end comme une inconnue. Un neuvième pilote va-t-il être en mesure de concrétiser avant que ne débute une campagne Asie-Pacifique de trois meetings qui suivra ce troisième des quatre rendez-vous espagnols de l’année ? Nous verrons, mais ce qui est sûr, c’est que le compte à rebours menant vers le titre mondial a commencé pour Marc Márquez.

Ce dernier compte 43 points d’avance sur Valentino Rossi à cinq échéances du but. Un capital à la fois appréciable mais aussi fragile. Il suffirait d’une erreur, d’un abandon, d’une casse mécanique pour changer la donne et perturber une sérénité apparente. Marc Márquez joue placé depuis quelques Grands Prix, mais reste absent du podium depuis déjà deux courses. Il arrive ce week-end sur un tracé où la pole position ne lui a jamais échappé depuis son arrivée parmi l’élite en 2013. Certes, mais il n’a transformé cette bonne qualification qu’une seule fois en victoire puisque lors des éditions 2014 et 2015 il a chuté. Pour mieux laisser la victoire à Jorge Lorenzo.

Ce dernier est à dix-huit longueurs de son équipier Valentino Rossi et à soixante et un points de son compatriote leader au général. C’est donc bien lui qui a besoin de dominer son sujet ce dimanche au sortir d’un Grand Prix de San Marin où il a montré qu’il n’avait rien perdu de sa verve pour peu que les conditions de piste ne le contrarient pas. Cependant, il devra compter avec un Valentino Rossi plus fort que jamais et avec qui il a eu des mots lors de la dernière conférence de presse. Une ambiance lourde chez Yamaha qu’il faudra prendre de plus en plus en compte au fur et à mesure que l’échéance du départ de Por Fuera vers Ducati s’approchera.

Le Doctor, lui, restera chez Yamaha et voudra vaincre ce signe indien qui veut qu’Aragon soit un lieu où il n’a encore jamais concrétisé dans sa carrière. Une absence partagée avec Austin et le Red Bull Ring. Mais l’Espagne semble convenir cette année au nonuple titré. L’Italien, vainqueur à Jerez et à Barcelone, a ainsi la possibilité d’inscrire un troisième succès en Espagne, prouesse qu’il n’a encore jamais accomplie en une saison.

Un trio magique qui saurait faire oublier que Dani Pedrosa est le dernier vainqueur en date. Celui qui est à présent à la tête de cinquante-deux succès aura à cœur de démontrer que sa prestation à Misano n‘est pas seulement un heureux accident fruit d’un choix de pneu avant judicieux. De leurs côtés, les Ducati ne voudront pas être en reste mais elles devront composer avec un Iannone incertain en raison de son état de santé. Or c’était lui qui avait porté haut les couleurs rouges l’an passé avec un troisième temps lors des qualifications et une quatrième place finale. Quant aux Suzuki, leur meilleur résultat de en Aragón est une sixième place, décrochée à la fois par Álvaro Bautista en 2011 et Aleix Espargaró en 2015. Que fera Maverick Viñales, vainqueur en Grande Bretagne ?

On rappellera que deux pilotes venus de Superbike joueront les pigistes. Alex Lowes qui en sera à sa troisième participation avec Tech3 Yamaha. Et Nicky Hayden qui remplacera Jack Miller au sein du team Marc VDS. Reste que nous serons en Espagne. Le circuit d’Aragón, qui a accueilli son tout premier Grand Prix en 2010, est le sixième tracé espagnol à figurer au calendrier après Jerez, Catalunya, Jarama, Montjuïc et Valence. Sur les dix-huit courses disputées à Aragón toutes catégories confondues, treize se sont achevées sur un succès espagnol. Quatre Espagnols ont d’ores et déjà brillé cette année en catégorie reine, ce qui est une grande première. Une domination qui impressionne.

Classement Championnat MotoGP :

1 – Marc Márquez (SPA) HONDA 223 points

2 – Valentino Rossi (ITA) YAMAHA 180 points

3 – Jorge Lorenzo (SPA) YAMAHA 162 points

4- Dani Pedrosa (SPA) HONDA 145 points

5 – Maverick Viñales (SPA) SUZUKI 136 points