L’évolution de la RS-GP continue favorablement, et en Aragon ses deux pilotes ont pu se classer parmi les dix premiers à distance raisonnable du vainqueur, Alvaro Bautista terminant neuvième à 23.071 après vingt-trois tours et Stefan Bradl dixième à 27.898, devant toutes des Desmosedici engagées.

Les qualifications avaient été correctes avec Bradl douzième sur la grille, à 1.9 de Marc Marquez en Q2. Bautista partait du milieu de la cinquième ligne, en quatorzième position entre Hector Barbera et Yonny Hernandez. Les deux gagnaient immédiatement deux places en début de course lors de la percussion des deux Ducati Pramac, puis Bautista doublait Bradl lors du huitième tour. Les deux Aprilia engloutissaient la Ducati de Dovizioso en perdition, puis obtenaient l’un des trois meilleurs résultats pour la marque de Noale cette année, avec pour la troisième fois (après l’Argentine et la France) les deux motos parmi les dix premiers, malgré un seul abandon sur vingt partants.

Ce n’était pas le meilleur classement de l’année pour Aprilia, Stefan Bradl ayant déjà terminé en septième position en Argentine. Mais il faut relativiser le niveau de la performance d’alors, car à Termas de Río Hondo il y avait eu 8 abandons sur 21 partants, et l’Allemand avait terminé à 41.3 du vainqueur sur une course de 20 tours. Il perdait donc deux secondes au tour sur le premier, alors que Bautista en Aragon, bien que neuvième, n’a perdu qu’une seconde par boucle. La cerise sur le gâteau, c’est qu’Aprilia termine pour la première fois devant Ducati, bien que le couperet ne soit déjà une fois pas passé loin. C’était à Barcelone qu’Andrea Dovizioso terminait septième à 41.464, devant Alvaro Bautista huitième à 42.975.

Il faudra attendre encore un peu pour voir se réaliser le souhait de Roberto Colaninno, le Président d’Aprilia, qui avait annoncé en 2014 : « J’espère voir Aprilia devant d’ici deux ans. Il faudra être patient pour la première année mais le podium devrait être possible dès la seconde. »

Pour Alvaro Bautista, « cela a été un bon week-end pour nous, se terminant par un double top 10. J’ai eu de bonnes sensations dans toutes les séances d’essais et nous avons fait un bon travail. En FP4, quand j’ai eu un rythme régulier, même avec des pneus usés, j’ai compris que nous pourrions bien faire en course. Je me suis battu avec Hernandez et Dovi, en réussissant à les dépasser, et je suis arrivé derrière Pol dont les temps étaient très semblables aux miens. Nous avons maintenu un bon rythme et j’ai vu que nous avons continué à gagner du terrain sur le groupe qui était aux prises pour la cinquième place. Mais, vers la fin de la course, j’ai perdu un peu de feeling avec le pneu arrière. Dans tous les cas, la neuvième place est un excellent résultat pour moi et pour Aprilia, compte tenu également de la performance de Stefan. Depuis Misano, nous avons fait un pas en avant et je tiens à remercier l’équipe et les gars qui sont à l’œuvre au service course à Noale. Maintenant, nous allons continuer dans cette direction pour bien finir la saison ».

a2

 « Je suis heureux de ce top 10 et de ce week-end en général, se réjouissait Stefan Bradl. Nous avons amélioré lors des essais et j’espère être en mesure de poursuivre cette tendance dans les prochaines courses. Nous avons fait un pas en avant en termes de réglages lors du Grand Prix de Misano, en particulier pour l’amélioration de la phase de freinage et me donner un meilleur feeling avec le pneu avant. Nous avons pu perfectionner les choses ici, trouver une bonne base tout de suite le vendredi et ensuite travailler sur les détails. De toute évidence, il y a encore de la place pour amélioration, par exemple pour tirer un meilleur parti du pneu arrière afin d’être plus rapide avec des pneus neufs, mais nous ne sommes pas loin ».

a4

La conclusion revient au boss, Romano Albesiano, Directeur du service course Aprilia : « Une belle course, avec deux motos dans les dix premiers dans une course sans chutes. L’écart derrière le leader est le plus bas que nous ayons jamais atteint, ce qui est plutôt encourageant. Techniquement, la tendance est très bonne. C’est clair à la fois de la performance dans toutes les séances d’essais et de l’atmosphère au sein de toute l’équipe, qui devient naturellement «chargée» lorsque notre potentiel devient intéressant. Nous sommes sur une note positive, mais nous devons garder les pieds sur le sol. Notre travail n’est certainement pas encore fait, compte tenu de nos objectifs. Nous devons améliorer sur tous les fronts, mais nous sommes conscients de notre potentiel. »

a3

Tous les articles sur : Alvaro Bautista, Stefan Bradl