C’est un Loris Baz déterminé qui se rend sur un circuit d’Aragon pour reprendre possession de sa Ducati Avintia. A cause d’un gros carton avec Pol Espargaró au départ du Grand Prix de Grande Bretagne, il avait dû laisser son guidon à Xavi Fores pour Misano. Après un travail sans relâche pour se remettre de ses blessures, il aura une première épreuve à passer : celle de l’avis des docteurs.

Des toubibs qui auront du travail puisqu’ils devront aussi s’occuper du cas des vertèbres amochées de Iannone. Pour le Français, ce sont des fractures du tibia, de l’astragale et de la malléole de la cheville droite qui ont dû être traitées au sortir d’un accident avec Bautista qui lui avait sacrément chiffonné un pied.

La saison de l’équipier de Barberá est décidément faite de haut et de bas. On rappellera en effet le bon moment d’une quatrième place à Brno. Pour Aragon, l’idée sera de reprendre ses marques, voire plus si affinités, du genre des points : « je ne suis pas au maximum de ma forme, mon pied est toujours douloureux mais je pense être en mesure de piloter » a commenté Loris. « Les docteurs et mon kinésithérapeute sont du même avis. J’aurai un examen jeudi au circuit pour savoir si je suis apte à courir et j’ai leur feu vert, je verrai comment je me sens sur la moto vendredi ».

« Depuis ma chute, j’ai travaillé sans relâche avec mon kinésithérapeute, j’ai fait des séances en piscine pour retrouver la pleine mobilité de mon pied. Le feeling s’est progressivement amélioré, mais je dois voir comment je me sens sur la moto. Je suis vraiment impatient de me rendre à Aragón pour essayer d’engranger quelques points si c’est possible. Mais mon objectif est avant tout de reprendre mes marques et d’être préparé au mieux pour la tournée Asie-Pacifique ».

Loris Baz est actuellement 21ème au général provisoire avec 24 points. Il a déjà assuré son avenir pour 2017 au sein de son équipe pour une saison qui comptera deux tricolores sur la grille de départ grâce à l’arrivée de Johann Zarco chez Tech3 Yamaha.

Tous les articles sur : Loris Baz