Les Grands Prix se suivent et ne se ressemblent pas pour Dani Pedrosa. Vainqueur à Misano grâce à un bon choix d’un pneu avant tendre, c’est à cause de ses gommes qu’il n’a pu défendre ses chances en Aragon. Mais l’homme aux 52 victoires précise : ni lui ni son équipe ne sont responsables.

Alors que chez Ducati on jure expertiser les ennuis de Dovi pour évaluer la part de la responsabilité de la moto et celle du manufacturier dans une contre-performance notoire, chez Dani Pedrosa, il n’y a pas de doute sur ce qui a causé son malheur en Aragon : « je n’ai rien à me reprocher » a commenté l’équipier du vainqueur Marc Márquez. « Dès l’entame de course, les pneus n’ont pas fonctionné normalement. J’ai un problème à l’avant et à l’arrière. Lorsque c’est un des deux, on essaie de compenser d’une manière ou d’une autre. Mais là, j’étais impuissant ».

14502043_10210479006401468_1631120245_n

« J’ai essayé des « mappings » différents, mais rien n’y a fait. Je finis avec mes deux pneus complètement détruits. C’est vraiment frustrant. Il y a des choses que nous n’avons pas sous contrôle. Les pneus n’ont pas eu la même tenue que lors des essais. Je n’avais aucun rythme, pas de sensations. Plus qu’étrange, c’est décevant. Il faut savoir pourquoi. C’est décevant après ce que l’on a vécu à Misano ».

Dani Pedrosa reste en lutte au championnat avec Maverick Viñales pour le gain de la quatrième place. Les deux hommes sont séparés de six points seulement à quatre Grands Prix de la fin.

Crédit photo : Fan club Pedrosa

Tous les articles sur : Dani Pedrosa