Un peu comme en MotoGP, les deux prétendants au titre Moto2, Franco Morbidelli et Tom Luthi, n’ont pas été en mesure de se qualifier en première ligne, celle-ci étant composée de Miguel Oliveira, Mattia Pasini et Alex Márquez.

Assistera-t-on aujourd’hui à une nouvelle course « raisonnable » des favoris au titre, un peu comme Tom Luthi à Misano, où ces derniers iront-ils cette fois taquiner la victoire ?

Contrairement à la course des Moto3 raccourcie suite à un inattendu brouillard matinal, celle des Moto2 reste fixée à 21 tours et bénéficie de conditions idéales, avec 24° dans l’air et 35° sur la piste.

Voici l’incontournable tableau de situation :

#AragonGP Moto2™

2016

2017

FP1

1’53.767 Sam Lowes

 2’09.869 Tom Lüthi

FP2

1’53.702 Takaaki Nakagami

 1’54.439 Mattia Pasini

FP3

1’53.340 Alex Marquez

 1’54.200 Franco Morbidelli

Qualification

1’53.207 Sam Lowes

1’53.736 Miguel Oliveira

Warm Up

1’54.163 Franco Morbidelli

 1’54.260 Franco Morbidelli

Course

Lowes, Marquez, Morbidelli (voir ici)

Record

1’52.232 Rabat 2015

 

A l’extinction des feux rouges, Miguel Oliveira conserve son avantage mais, dès le deuxième virage, Franco Morbidelli est dans sa roue. Il ne lui faudra d’ailleurs que deux courbes supplémentaires pour porter une première attaque, dans un premier temps contrée par le pilote portugais, avant qu’il ne s’empare du commandement en bout de ligne droite avant la fin du premier tour.

Le pilote Marc VDS crée tout de suite un écart qui ne fait qu’augmenter au fil des partiels.

Derrière, on se bagarre comme des chiffonniers entre Oliveira, Pasini, Márquez et Luthi.

Après quelques tours, Franco Morbidelli possède un avantage d’une seconde et demie sur Mattia Pasini lui-même détaché du groupe Alex Márquez, Miguel Oliveira, Tom Luthi, du même écart.

Alex Márquez semble avoir un peu de mal à suivre le rythme et est progressivement rejoint puis dépassé par Simone Corsi, Brad Binder et Jorge Navarro.

Un peu avant la mi-course, l’écart entre Morbidelli et Pasini se stabilise puis commence à se réduire sous l’impulsion qui augmente le rythme.

A la mi-course, où l’on observe la hiérarchie Morbidelli, Pasini, Oliveira, Luthi, Corsi, Binder, Navarro, Cortese, Nakagami, Bagnaia, Aegerter, Schrotter et Quartararo, l’écart n’est plus que de 6/10 entre les deux premiers pilotes.

Alex Márquez a abandonné à cause d’un manque de sensibilité de sa jambe.

À 10 tours du drapeau à damier, Pasini n’est plus qu’à 2/10 du pilote Marc VDS…

La première attaque a lieu un tour plus tard, mais Morbidelli répond du tac au tac. Toutefois, Pasini est chaud bouillant et ne ménage ni ses efforts mais ses longues glisses spectaculaires : on a retrouvé le Pasini du Mugello !

Pasini reprend la tête en bout de ligne droite à huit tours de l’arrivée.

Rapidement, le pilote Italtrans se ménage une avance d’une demi-seconde sur un Morbidelli qui roule maintenant plus lentement que Miguel Oliveira, à une 1,3 seconde derrière lui…

Mais, surprise, à cinq tours de la fin de course, Franco Morbidelli accélère et rejoint Pasini !

Il porte d’ailleurs une attaque au passage suivant et reprend le commandement devant un Mattia Pasini dont les pneus semblent maintenant plus glisser que ceux de son compatriote.

Pasini, qui semble pourtant à la limite dans toutes les courbes, reprend l’avantage à deux tours de l’arrivée avant de devoir le céder à l’Italo-Brésilien.

Dans le dernier tour, Franco Morbidelli se présente en tête mais subit une attaque de Mattia Pasini dans la première partie du circuit. Les deux hommes se touchent dans le “Corkscrew” et Morbidelli attaque la ligne droite en tête…

Il parvient à conserver l’avantage jusqu’au drapeau alors que Miguel Oliveira était remonté à quatre dixièmes.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Franco Morbidelli, leader du championnat, n’a pas joué les épiciers !

Fabio Quartararo termine 11e.

Au championnat, Franco Morbidelli mène maintenant par 21 points sur Tom Lüthi.

 

Tous les articles sur les Pilotes : Franco Morbidelli

Tous les articles sur les Teams : Marc VDS Racing Team