Dans une première journée du Grand Prix d’Argentine radieuse pour des Honda trustant le haut du tableau, il y avait une moto bleue qui s’invitait dans le tête à tête de la firme de Tokyo parmi le top 5. Celle-là était une Suzuki pilotait par un Maverick Viñales aussi étincelant qu’au Qatar. Troisième au milieu de cinq RC213V, il regrettait pourtant une chute sans laquelle il aurait pu faire encore mieux.

Maverick Viñales fait décidément une entame de saison tonitruante que des tests hivernaux probants laissaient présagés. Sur une piste de Termas de Rio Honda à l’adhérence précaire, il a fait parler la poudre avec une GRX-RR équipée du châssis 2015 et de la transmission full seamless. Résultat, une troisième position et une chute, mais aussi de bonnes intentions pour une suite qui pourrait se conjuguer encore avec un bitume ne pardonnant pas le moindre écart de trajectoire. « si vous n’êtes pas sur la bonne ligne, vous vous écartez et c’est la chute » a commenté l’Espagnol de 21 ans. « C’est la faute que j’ai commises au virage 3 ; je suis parti un peu large dans un virage et la piste était sale là où je suis passé. C’était une petite chute et avec ces conditions il était très facile de faire une erreur ».

Pas de bobo, mais tout de même une frustration qui en dit long sur ses ambitions : « Je n’étais pas assez concentré dans ce tour là. Lorsque je suis revenu sur la piste, j’ai été plus prudent et finalement j’ai perdu du temps. Sans ça, je pense que j’aurais pu terminer second. Je m’en veux un peu » a-t-il précisé sur crash.net. « Les Honda sont efficaces et elles se sont toujours bien comportées ici. Nous sommes bien et nous pouvons évoluer. La piste aussi va changer si bien que tout le monde peut encore progresser ». Réaliste le Maverick qui s’inquiète un peu de la pluie annoncée pour les qualifications : « la météo s’annonce incertaine et il sera primordial de savoir ce que sera l’adhérence en cas de pluie ». Entendez par là qu’elle risque d’être pire que sur un goudron sec déjà pas très accueillant.

Mais toutes ces péripéties nous amènera à une course dominicale où, pour le coup, la piste devrait être nettoyée, et donc encore différente ! « On verra dimanche mais à la différence du Qatar, ici, il y a plusieurs solutions pour dépasser. Le choix des pneus sera capital. Le tendre est toujours mieux a priori mais je veux vérifier car l’an dernier je me souviens bien que Valentino avait pris le dur et c’était la solution. Il faudra être attentif à ce qui se passe après le dixième tour. Nous verrons ».

Avec une troisième place et une huitième position, les Suzuki sont toutes les deux pour l’instant retenues pour disputer directement la Q.2 déterminante pour le haut de la grille de départ. Un soulagement notamment pour un Aleix Espargaró qui, malgré deux chutes, jure qu’il a retrouvé sa confiance.

Tous les articles sur les Pilotes : Aleix Espargaro, Maverick Vinales

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar