Ducati dansait sous la pluie et Dovizioso surfait sur l’eau dans un Grand Prix des Pays-Bas que pouvait convoiter les troupes de Gigi Dall’Igna. Mais le drapeau rouge est sorti et les mêmes se retrouvèrent fort dépourvus lorsque la reprise fut venue.

Hélas pour Ducati, ce ne sera pas encore pour cette fois. Et Dovizioso regrette bien cette opportunité manquée qui ressemblait fort au scénario de sa seule victoire en MotoGP. C’était alors en Angleterre, sur une Honda. La première partie de l’épreuve à Assen a pratiquement été une démonstration de force des Desmosedici. Un Yonny Hernandez survolté avant de tomber, puis Dovi, Petrucci et Redding encadrant un Rossi isolé sur une Yamaha.

La pluie a redoublé et pour la sécurité, il a fallu arrêter les hostilités. A la reprise, les Honda avaient retrouvé leur forme tandis que Rossi tentait de prendre la poudre d’escampette. Desmo Dovi devait donner le change et suivre le rythme. Mais la chute était au bout du chemin : « je suis vraiment déçu car jusque-là on faisait un très bon week-end avec la pole-position et la place de leader avant l’arrêt logique de la course » commente le futur équipier d’un Lorenzo qui a coulé.

« Pour la seconde course, nous avons tous choisi le pneu tendre arrière qui adhère plus mais qui cause aussi plus de soucis avec l’avant. C’est pour ça qu’il y a eu toutes ces chutes. Valentino et moi savions que nous étions les plus rapides et on a attaqué aussi fort que possible mais au final, nous sommes tombés tous les deux. Il n’y a pas beaucoup d’excuses à avancer lorsque vous chutez. Cela veut dire que vous avez fait une erreur. Mais lorsqu’il y a tant de chutes en deux jours sous la pluie, il est important de comprendre pourquoi ».

Le Grand Prix des Pays-Bas a été enlevé par l’improbable Jack Miller alors que l’équipier Iannone, parti deux fois du fond de grille, puisqu’il a chuté lors de la première partie, termine bon cinquième. Redding, quant à lui, assure un podium pour Ducati avec la machine Pramac.

Tous les articles sur : Andrea Dovizioso