Avant que le Grand Prix des Pays-Bas ne livre sa course à émotions avec des rebondissements à la pelle et un vainqueur plein de panache, il y a eu quelques affaires domestiques qui ont été expédiées en coulisse. Et non des moindres puisque la Commission des Grands Prix a pris la décision de bannir pour les saisons à venir les ailerons sur les motos. Ducati accuse le coup.

Précurseur dans l’arrivée de ces accessoires, le constructeur de Borgo Panigale a d’abord suscité la curiosité avant d’alimenter l’inquiétude. Il faut dire que les petites ailettes du départ ont ensuite grandi pour accéder à la qualification d’ailerons. De quoi susciter bien des émotions, Dani Pedrosa allant même jusqu’à parler de lames de couteaux tandis que pas mal de pilotes signalaient des turbulences aérodynamiques au moment de prendre les aspirations. Ceci sans parler des contraintes nouvelles pour les pneus ou encore le budget dévolu à la soufflerie prêt à exploser.

Bref, ces ailerons commençaient à agacer, mais tous les constructeurs ont fini par les adopter et à les développer. Une démarche qui ne survivra pas à la fin de cette année. Dès l’annonce de la prochaine prohibition des appendices devenue officielle, les regards se sont tournés vers Ducati dont la réaction était attendue. La marque italienne défendait ses ailerons en signalant qu’ils évitaient les cabrages intempestifs des motos et aligne tout de même huit motos sur la grille de départ. Mais en tout retour, on a eu droit à un silence de plomb.

Enfin presque, car GPOne a extirpé quelques mots à Davide Tardozzi : « à partir de maintenant, ce sera comme la Formule 1. La lecture du règlement sera très attentive et chaque mot aura son importance. Tout ce qui ne sera pas formellement et clairement interdit sera autorisé. Quant à l’interdiction des ailerons, on attend toujours qu’on nous en explique les raisons ». Ducati a perdu une bataille mais la guerre, apparemment, va se poursuivre.

Tous les articles sur : Andrea Dovizioso, Andrea Iannone