Les hommes heureux n’ont pas d’histoire? Erreur! A l’issue de sa course sur le circuit des Amériques, Marc Marquez était bien heureux, et pourtant il avait plein d’histoires à nous raconter…

Nous vous proposons ici une traduction de l’intégralité de ses propos.

Marc Marquez: “Ce n’était pas une course facile. Durant le warmup, j’ai essayé le même pneu avant que tout le monde, le Médium, mais, je ne sais pas pourquoi, mais je ne me sentais pas bien avec. Donc pour la course, grâce à mon team et à Michelin, à Patrick mon technicien, nous avons choisi le meilleur pneu pour moi, qui était le Tendre. Je m’interrogeais, car je savais qu’on serait à la limite en fin de course, mais ok, j’ai utilisé le Tendre et j’ai essayé de mettre à profit son potentiel en début de course en essayant de creuser un écart. Puis j’ai continué à attaquer à chaque tour, car je ne savais pas quand il allait baisser. Quand il ne restait que 5 tours, j’ai commencé à sentir de grosses glissades de l’avant. Le rythme était en 2’05 puis on est passé en 2’06 lors des trois derniers tours, donc on a fini à la limite avec le pneu avant, mais l’écart que j’avais fait en début de course était suffisant pour les derniers tours.”

Vous a-t-on dit que Valentino était tombé?

“Non, ils ne m’ont rien dit. Je leur avait juste demandé de m’indiquer l’écart avec le second. J’étais très concentré sur mon rythme, sur l’écart avec le second, qui au début était Dovi puis Jorge, puis j’ai vu que cet écart augmentait peu à peu. C’est seulement quand je suis arrivé au parc fermé qu’ils m’ont dit que Pedrosa avait chuté avec Dovi, puis Valentino. Pour le championnat, nous devons nous servir de ce petit écart que nous avons créer lors de ces trois premières courses, et on verra maintenant en Europe.  A jerez, Jorge est vraiment fort, mais nous travaillons dur et je pense que nous nous améliorerons à chaque course.”

21 points d’avance, l’auriez-vous cru aux essais hivernaux?

“Bien sûr, je suis très heureux. C’est une excellente nouvelle pour nous et pour le team, car on a beaucoup peiné durant la pré-saison. Puis nous avons débuté la première cours; nous étions loin mais nous avons fini proches, donc c’était bien. Puis, en Argentine, nous avons gagné la course mais elle était flag-to-flag donc nous étions heureux de cette victoire, mais ce n’était pas une course normale. Ici, nous avons gagné durant un weekend normal, donc nous sommes très heureux de cal et je crois que la clé a été de toujours croire en Honda; ils travaillent très dur et mon équipe travaille très dur, donc nous devons encore nous améliorer, en accélération, vous avez vu en début de course les Ducati et les Yamaha me doubler à l’accélération, mais je pense que nous allons nous améliorer à l’avenir.”

On a vu beaucoup de chutes de l’avant aujourd’hui. Pouvez-vous trouver la limite et rester en-deçà?

“Vous cherchez toujours à contrôler la limite des pneus. Ce qui ce passe, c’est que tout le monde arrive toujours sur un circuit avec ses références et ses réglages de l’année dernière. Nous devons comprendre que nous avons des pneus et des réglages différents cette année. Bien sûr, je suis arrivé ici et, le premier jour, je freinais au même endroit qu’avec les Bridgestone et je n’étais pas en mesure de freiner la moto. Nous devons comprendre que ces pneus fonctionnent différemment; ils ont des points plus faibles et des points bien meilleurs. J’essaie toujours de comprendre ça, avec l’équipe, et le plus important, c’est que nous pouvions courir ici avec un pneu avant tendre, ou un médium, tout comme à l’arrière le tendre était une possibilité, faible mais une possibilité quand même. Ils travaillent donc vraiment dur. Ils ont apporté ici un nouveau pneu pour éviter les problèmes rencontrés en Argentine. Mais oui, trouver la limite est difficile. par exemple, j’ai discuté avec le gens de Michelin avant la course, et ils m’ont dit “si tu choisis le pneu avant tendre, il sera ok pendant 12 ou 15 tours”, et ça c’est passé comme ça! J’ai commencé à sentir le sous-virage au 14ème tour, mais le pneu a été parfait durant les 14 premiers tours. Vous devez donc toujours comprendre cette limite.”

Les pilotes Moto2 ont dit que la piste était très glissante. Était-elle différente d’hier?

“Oui, un peu. J’ai beaucoup attaqué au début, et les chronos ne venaient pas; juste des gros 04, 04, alors qu’hier j’étais capable de rouler en petit 04 ou gros 03.
Mais en même temps, je voyais l’écart se creuser rapidement, donc, oui, ça voulait dire que la piste était différente.”

Si on vous avait dit que vous auriez 21 points d’avance sur Jorge après trois courses, qu’auriez-vous dit? Que nous étions fous?

“Oui, bien sûr, car je me rappelle ce que je ressentais en Malaisie alors que j’attaquais à 100% les premiers jours, et que j’étais une seconde et demie moins vite que Jorge. C’était très frustrant, mais je pense que la clé a été de toujours croire dans Honda et mon team. Ils ont beaucoup travaillé et ils  travaillent encore beaucoup car nous ne sommes pas encore à 100%. Donc oui, heureux de cette course, mais d’un autre côté, je veux arriver en Europe où les pistes sont différentes, plus étroites, avec des revêtements différents, des revêtements “old style”. Donc on verra là-bas, mais pour le moment, on a 21 points et c’est quelque chose qui est là. Nous devons maintenant bien comprendre quelle direction suivre et je pense que Honda va bientôt apporter des pièces car ils travaillent vraiment très dur au Japon pour m’aider et pour essayer d’atteindre notre objectif, car après l’année dernière, ma motivation, avec celle d’Honda est très forte pour atteindre notre objectif.”

Pensez-vous que votre moto est maintenant meilleure que celle du début d’année?

“Oui, bien sûr. A chaque fois, on trouve de nouvelles choses. En électronique, sur la moto. Nous l’améliorons pas à pas. Par exemple, ici, nous avons amélioré l’électronique qui contrôle des départs, donc le départ a été bien meilleur que les autres. Nous avons aussi un peu amélioré le frein moteur depuis qu’o na trouvé un petit quelque chose après l’Argentine. Donc, pas à pas, on améliore. Honda travaille aussi, et vous avez vu vendredi que j’ai essayé des ailerons et un carénage différents. Nous travaillons. Ok, il est toujours possible d’aller dans la mauvaise direction ,mais j’espère que nous sommes maintenant dans la bonne direction et nous devons la suivre, et essayer de travailler de la même manière.”

Classement du Championnat du Monde 2016 

Pos. Pilote Moto Pays Points
1 Marc MARQUEZ Honda SPA 66
2 Jorge LORENZO Yamaha SPA 45
3 Valentino ROSSI Yamaha ITA 33
4 Pol ESPARGARO Yamaha SPA 28
5 Dani PEDROSA Honda SPA 27
6 Hector BARBERA Ducati SPA 25
7 Andrea DOVIZIOSO Ducati ITA 23
8 Maverick VIÑALES Suzuki SPA 23
9 Eugene LAVERTY Ducati IRL 21
10 Aleix ESPARGARO Suzuki SPA 21
11 Andrea IANNONE Ducati ITA 16
12 Scott REDDING Ducati GBR 16
13 Bradley SMITH Yamaha GBR 16
14 Stefan BRADL Aprilia GER 15
15 Alvaro BAUTISTA Aprilia SPA 14
16 Michele PIRRO Ducati ITA 12
17 Tito RABAT Honda SPA 11
18 Jack MILLER Honda AUS 2
19 Yonny HERNANDEZ Ducati COL 2
20 Loris BAZ Ducati FRA 1
21 Cal CRUTCHLOW Honda GBR 0