Avec Dani Pedrosa ou encore Bradley Smith, Aleix Espargaró fait partie de ceux qui n’ont pas été vernis par la nouvelle donne pneumatique. En manque de sensations et de confiance, il s’est retrouvé en bas de la hiérarchie, une situation d’autant plus compliquée à vivre que, pendant ce temps, Maverick Viñales, l’équipier, éclatait au grand jour.

Un déséquilibre qui vous fait vite passer une carrière de vie à trépas en MotoGP. Il fallait donc réagir et Aleix Espargaró a réussi à remonter la pente sur le tracé d’Austin. Grâce à un choix audacieux de gommes soft avant et arrière, il a oublié ses doutes et foncé droit devant. Avec pour résultat de tenir tête à son jeune et talentueux équipier pour le gain de la quatrième place. Le frère de Pol bouge donc encore et s’est replacé sur l’échiquier en participant à ce qui est à ce jour la meilleure prestation globale de Suzuki en Grand Prix.

« Cette course a été finalement positive et une bonne chose après les mauvaises sensations du Qatar et de l’Argentine. Ces dernières semaines, je pouvais à peine dormir. C’étaient les semaines les plus difficiles de ma carrière. Je vivais un désastre, je ne savais pas ce se passait avec la moto. A Austin, on a pris le châssis 2015 et on a tout reconstruit. Dès samedi, je me sentais mieux ».

Par ailleurs, Aleix avait reçu un renfort moral de choix : « Kenny Roberts nous a beaucoup aidé, on a beaucoup parlé. Avant la course, j’avais décidé d’être agressif d’entrée ce que me permettait mon choix de pneus. Cela a fonctionné puis les pneus se sont logiquement dégradés. Lors de ma lutte avec Maverick, j’ai commis une petite erreur et il est passé. Pour moi, il était important de finir devant lui ».

C’est ce que l’on appellera la saine émulation. Mais voilà un aveu qui promet pour la suite : « on a fait un pas en avant. On peut encore s’améliorer. Avec mon chef-mécanicien, on a déjà quelques idées pour trouver de la traction, ce qui nous manque le plus. Le châssis est bon, le moteur beaucoup mieux que l’an dernier. Michelin a fait des progrès, mais cela ne fonctionne pas du jour au lendemain. Trouver le bon compromis avec le pneu avant est difficile ».

Avec tout ça, on constate qu’Aleix Espargaró est loin d’être largué au championnat par celui qui a les faveurs de Rossi pour le rejoindre chez Yamaha. Viñales est huitième au général et ne compte que deux points d’avance sur son équipier dixième provisoire. L’usine Suzuki, enfin, est restée à Austin après le Grand Prix pour faire des essais. Non, Viñales n’a pas achevé son aîné de cinq ans dans le box.

Classement du Championnat du Monde 2016 

Pos. Pilote Moto Pays Points
1 Marc MARQUEZ Honda SPA 66
2 Jorge LORENZO Yamaha SPA 45
3 Valentino ROSSI Yamaha ITA 33
4 Pol ESPARGARO Yamaha SPA 28
5 Dani PEDROSA Honda SPA 27
6 Hector BARBERA Ducati SPA 25
7 Andrea DOVIZIOSO Ducati ITA 23
8 Maverick VIÑALES Suzuki SPA 23
9 Eugene LAVERTY Ducati IRL 21
10 Aleix ESPARGARO Suzuki SPA 21
11 Andrea IANNONE Ducati ITA 16
12 Scott REDDING Ducati GBR 16
13 Bradley SMITH Yamaha GBR 16
14 Stefan BRADL Aprilia GER 15
15 Alvaro BAUTISTA Aprilia SPA 14
16 Michele PIRRO Ducati ITA 12
17 Tito RABAT Honda SPA 11
18 Jack MILLER Honda AUS 2
19 Yonny HERNANDEZ Ducati COL 2
20 Loris BAZ Ducati FRA 1
21 Cal CRUTCHLOW Honda GBR 0