C’est un Andrea Iannone sous surveillance et donc sous pression qui arrive à Austin ce week-end. Lors des visites touristiques liminaires à l’événement sportif, il a visité le centre spatial de Houston, ce qui lui a mis un peu la tête dans les étoiles. Mais le big bang qu’il a provoqué en Argentine au sein du team Ducati est toujours sur orbite autour de lui, ce qui ne manque jamais de le ramener sur la terre ferme.

A tel point, qu’on ne manque plus une occasion pour lui rappeler que si la Ducati est une fusée, il ne faudrait pas pour autant qu’il la change en missile sol-sol contre son équipier. Au cours de la conférence de presse, il n’a pas caché que l’événement n’avait pas été anodin et qu’il le prenait très au sérieux. Sur GPOne, il insiste : «  ce qui s’est passé ne doit plus jamais se produire. Je me suis déjà excusé auprès de tous ceux qui ont été touchés par cette situation ».

Dovi y compris ? « Oui, et il a accepté mes excuses, c’est une bonne personne, je l’ai toujours respecté et je connais sa mentalité. Je sais qu’il a compris, c’est aussi un pilote ». Vraiment ? Réponse de la victime : « On a parlé ensemble et chacun à son idée sur le sujet. Ceci dit, pas de commentaire ». Ce qui ne sent pas vraiment la franche camaraderie retrouvée.

Quoi que soit sa performance au terme des qualifications, Andrea Iannone devra laisser trois places sur la grille de départ. Une sanction infligée par les officiels après sa bévue, en sus du point perdu sur son permis de bonne conduite en piste. L’an dernier, il avait terminé cinquième du Grand Prix des Amériques non sans s’être fricoté au départ avec Scott Redding et Pol Espargaró… « Il faut que je reste calme et concentré » a insisté le bouillant pilote de 26 ans. « Nous sommes à un bon niveau, nous arrivons sur un tracé qui convient à notre moto. Il faut que je transforme tout ce bon travail en résultat ».  Iannone n’a pas encore marqué le moindre point cette saison.