Depuis que le MotoGP a fait sa rentrée à Brno la semaine dernière, on a retrouvé un Lorenzo plus incisif sur sa Ducati, y compris dans ses discours. Le nouveau carénage a fait son effet et, si en République Tchèque, un bon résultat a été manqué, ce n’est pas par la faute du pilote. Mais à cause d’une rentrée au stand catastrophique en course, une confusion qui a coûté cher. Pour autant, Por Fuera garde le moral et annonce de belles choses en Autriche. Son équipe, elle, n’attend pas autre chose…

La première partie de saison a été ratée et il suffit de regarder le classement du Championnat du Monde pour s’en convaincre : Andrea Dovizioso est troisième au général avec 133 points et le Majorquin, engagé à grand frais pour tirer l’équipe vers le haut, est dixième avec 66 unités.

Certes, il y a ce temps d’adaptation nécessaire pour comprendre une Ducati en venant d’une Yamaha, mais à l’abord de la onzième manche du championnat, la patience du team de Borgo Panigale a apparemment atteint sa limite. C’est du moins ce qui ressort d’un commentaire de Davide Tardozzi, distillé comme un message subliminal…

« Il a la bonne posture mentale pour aller chercher un podium et peut-être même mieux. De mon point de vue, sa période d’apprentissage est terminée, maintenant, il doit concrétiser ». Le mental et la moto doivent donc à présent aller de concert. Et quoi de mieux qu’un Red Bull Ring pour marier tout ça. L’an passé, les Desmosedici GP16 avaient fait la loi en Styrie.

Certes, mais avec des ailerons et une concurrence moins aguerrie : « cette année, ce sera différent » avoue le même Tardozzi. « Nous serons parmi les favoris, mais Honda était il y a un an plus mal qu’aujourd’hui et les Yamaha seront toujours là. La victoire ne sera pas facile à décrocher, mais nos deux pilotes ont des atouts dans leur jeu pour y arriver ».

Les deux et non pas le seul Dovizioso. Oui, Ducati attend un retour sur son investissement Lorenzo.