Comme chaque année, Carmelo Ezpeleta s’est rendu à la rédaction de AS pour y aborder toute une série de sujets.

Parmi ceux-ci, certains ne nous concernent pas (le football), d’autres n’apportent guère de nouveautés par rapport à ce que nous avons déjà écrit (par exemple, les hommages à Angel Nieto qui auront lieu lors du Grand Prix de Jerez), certains ont été vus et revus jusqu’à épuisement (pas exemple ce que fera Valentino Rossi à la retraite…), mais la plupart sont extrêmement intéressants car ils apportent un éclairage nouveau, reporté par le célèbre journaliste espagnol  Mela Charcoles.

Extraits…

Ainsi, toujours sur Valentino Rossi, le patron de Dorna refuse la comparaison avec Fernando Alonso : « Rossi ne gagne pas (souvent), mais il est bien là, et en 2017 il a gagné un Grand Prix, ce qui est très difficile. Il se connaît mieux que quiconque le connaît, et il n’est pas dans les courses pour faire de la figuration. C’est quelque chose qu’il a fait depuis qu’il a 16 ans et c’est son mode de vie. Ne me comparez pas Rossi avec Alonso ! Dans son cas, il s’avère que le meilleur pilote de la grille ne pouvait même pas, à plusieurs reprises, faire le premier tour. Pour Rossi, s’il ne s’était pas cassé la jambe… »

De là arrive la comparaison entre MotoGP et F1…

« La F1 doit dépenser moins pour la technologie, comme nous l’avons fait. Une F2 roule huit secondes plus lentement à Montmeló et vaut deux millions, alors qu’une F1 vaut 400 millions. Nous avons réalisé, juste avant la crise, que sans l’argent du tabac, nous ne pourrions pas supporter les coûts. Nous avons décidé de changer la capacité du cylindre à 1.000cc et de fixer de diamètre maximum du piston à 81mm, afin d’avoir des moteurs plus économiques et compétitifs. De là sont arrivées les CRT (en 2012), qui sont passées de quatre millions à zéro, en étant trois secondes plus lentes. Puis sont venues les Open (2014) et la prochaine étape a été de mettre en œuvre la centrale électronique unique (2016). Puis, et face à la menace d’usines voulant aller en Superbike (principalement Honda), nous avons acheté le Superbike. L’argent de la télé, on le partage entre les équipes. Autrefois, les équipes satellites nous coûtaient 800.000 euros, alors qu’aujourd’hui, elles reçoivent 800.000 euros plus deux millions d’euros par pilote. Nous donnons donc aux équipes non officielles 5,6 millions par saison pour deux pilotes, et les motos de chaque pilote leur coûtent tout au plus 2,2 millions, parce que les usines ne peuvent pas leur demander plus d’argent, puisque je leur donne aussi un million par moto. En réalité, les usines les vendent maintenant pour 3,2 millions, un peu moins que les 4 millions d’avant, et ne peuvent plus compter sur les équipes privées pour les nourrir. Ceci, pour être complet sur le sujet.
Que leur arrive-t-il en F1 ? D’abord, ils ont vendu que plus la technologie était avancée, mieux c’était. Et deuxièmement, ils ont des coûts énormes avec ce qu’ils payent à Ferrari ou Mercedes. C’est le contraire de nous, parce que nous payons plus cher les équipes inférieures. Je paie deux millions pour la moto du deuxième pilote Aspar et je ne paie rien pour la moto de Márquez, car Márquez est assez connu pour générer de l’argent avec les sponsors. Cela égalise la grille et assure que vous ne raterez pas des marques. Quand la crise est arrivée, Kawasaki et Suzuki sont partis, mais maintenant ils ne partent plus. Dans le sport mécanique, il est essentiel que chaque championnat soit économiquement viable. L’aérodynamique s’est arrêtée à cause de cela et ils ne peuvent faire que deux carénages par an, tant qu’ils sont sûrs, avec des ailerons à l’intérieur, et quelques motos étranges sont apparues. Bref, nous devons maintenir un équilibre entre la technologie et l’argent que nous pouvons générer. »


Exemples de recherche aérodynamiques lors des tests actuels F1 à Barcelone, avec une infinité de tubes de Pitot (qui sont quand même sur le point d’arriver en MotoGP…)

Le déploiement à l’international…

« Il y a neuf pays qui attendent un GP (dont Finlande, Indonésie, Mexique, Chine, Inde, Kazakhstan, Hongrie et Brésil) et aucun des quatre espagnols ne veut quitter le calendrier. La popularité de ce sport en Espagne est visible aux quatre circuits complets, avec des gens qui paient pour entrer et qui voyagent à 400 kilomètres de chez eux. »

La journée des femmes, avec un éventuel championnat réservé aux filles…

« Non ! Ce serait aller à l’encontre de ce qu’elles veulent. Ici, il y a eu deux filles qui se sont présentées contre des garçons et qui ont bien réussi. María Herrera est aussi forte que Pedrosa. Ce serait une insulte de faire un championnat rien que pour elles. »

Et le problèmes des Umbrella Girls, dorénavant interdites en F1…

« Qu’ils fassent une loi. Je ne sais pas comment la loi dira à une fille qu’elle ne peut pas travailler sur la grille, et je me fiche de ce que fait la F1. Ce n’est pas moi qui place les filles. Les sponsors et les équipes le font. Márquez, par exemple, préfère presque toujours un de ses mécaniciens pour tenir le parapluie sur la grille. Je ne peux pas interdire aux femmes de montrer des sucettes avec les numéros sur la grille, car il n’ y a pas de loi pour le dire. A Dorna, nous avons 9 directrices sur 16 possibles. Cette chose qui a été mise en place est artificielle pour créer des problèmes, et je respecte la loi. Une baccalauréate en économie qui voulait faire une maîtrise à Harvard m’a récemment écrit et m’a demandé pourquoi elle ne pourrait pas gagner sa vie en tant que mannequin. Chaque jour, il y a de plus en plus de choses interdites, ce qui n’est pas possible. Nous créons des problèmes sur des choses qui n’en sont pas. »

La Coupe des motos électriques…

« La mobilité électrique est importante et nous avons décidé de prendre le taureau par les cornes, avec l’achat des droits à la FIM. Il y a quatre points principaux. Ce seront toutes les mêmes motos avec une seule marque (Energica), je ne les laisserai pas augmenter le coût de la technologie, ils rechargeront les batteries d’une manière écologique et elles seront utilisées par les meilleures équipes du monde, avec celles de MotoGP, quelques unes de Moto2 et une de Moto3. On fera de notre mieux pendant trois ans et ensuite on verra. Je voudrais qu’il s’agisse de courses « à fond », quels que soient les virages, et non pas d’économiser les batteries, avec des pilotes adéquats et une couverture télévisuelle maximale. Cela aura lieu entre le warm up MotoGP et la course Moto3. Le circuit sera complet et avec notre TV.
Les batteries sont au lithium, pas au plomb, et plus tard elles seront faites de graphène. Le principal problème aujourd’hui est que les motos sont lourdes. Lorsque nous obtiendrons plus de puissance des batteries, au lieu de faire plus de tours, nous allégerons les motos. Nous ne voulons pas d’autres marques pour le moment. Il y aura des circuits où nous ne pourrons pas aller parce que dans les longues lignes droites, les batteries seront vidées. En 2019, nous irons sur cinq circuits européens que nous annoncerons en milieu d’année. Nous testons sur les circuits et je prévois des courses entre cinq et huit tours. »

 

Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams :