Loin de la communication un peu formatée des traditionnels communiqués de presse, les échanges entre le pilote français et les journalistes dans l’hospitalité Tech3 sont d’une richesse et d’une simplicité que les vrais passionnés apprécieront (vous pouvez retrouver tous ses débriefs passés dans notre rubrique (“Interviews“).

Il y a toujours le petit détail qui nous fait plonger chaque jour davantage en immersion dans le monde de la MotoGP…

Comme à notre habitude, nous reportons ici l’intégralité des propos de Johann Zarco, de façon brute, donc sans aucune mise en forme ou déformation journalistique.


La course s’est-elle passée comme vous le souhaitiez ou vous attendez-vous à un peu plus ?

« Je m’attendais à avoir un avantage avec la chaleur et le pneu dur par rapport au début (de course). Mais au final, ils ont également été très compétitifs. J’ai apprécié la course, tout le monde allait très vite. J’ai un peu raté le début en prenant du temps pour dépasser Espargaro. Puis, j’ai été plutôt rapide mais pas assez. Quand j’ai été en bagarre avec Lorenzo, j’ai pensé que je pouvais le battre mais je pense qu’il avait conservé de l’énergie et il a été en mesure d’attaquer durant les sept derniers tours. Je suis resté avec lui mais lors des deux derniers tours, j’ai dû ralentir car j’étais trop à la limite car je glissais trop avec l’arrière. C’était difficile mais la sixième position est une bonne place, avec de bons points. Je pense que j’ai été compétitif durant tout le week-end, j’ai pu utiliser le pneu dur. J’ai été surpris. Vinales a pris le tendre et je ne m’attendais pas à ce qu’il soit aussi rapide que cela durant toute la course, mais il a terminé sa course avec de bons chronos. Je pense que si j’avais pris ce pneu, je n’aurais pas pu avoir le même rythme que lui. J’aurais eu quelques problèmes. Donc le choix était le bon pour être régulier durant toute la course. J’ai juste besoin d’avoir plus d’expérience pour faire un meilleur travail tout au long du week-end et rendre les choses plus faciles. »

Durant les qualifications ?

« Aussi. Vous pouvez voir que Valentino ne paraissait pas le plus fort tout au long du week-end, mais au final il était le favori pour la course. Quant à moi, je suis passé directement en Q2 et c’est une chose importante. Quand vous commencez le week-end. Vous devez toujours vous rappeler que tout le monde attaque et peut être rapide, donc il faut avant tout passer directement en Q2. Puis, cette qualification, je pense que je l’ai bien faite car le chrono était très très rapide. Pour la première année, ce que nous avons fait était suffisant. C’est comme en Moto2 : si vous voulez être bon pendant la course, vous devez partir de la première ligne et une bonne partie de votre course n’est pas déjà faite, car vous devez quand même attaquer, mais gagner déjà deux secondes dès le départ. »

Jonas a eu deux problèmes de frein en deux semaines. Rien de votre côté ?

« Non, non, non. Je suis heureux que tout fonctionne bien sur la moto et j’ai été inquiet quand il a chuté. Je ne l’ai pas vu chuter mais après avoir vu le drapeau jaune dans le tour de sortie du Warm up, j’ai vu Jonas dans les graviers avec sa moto très loin. J’étais inquiet en freinant bien pendant les trois ou quatre tours suivants du Warm up à cet endroit. C’est étrange, ce sont des motos très rapide et nous devons toujours rester prudents. »

Encore une fois derrière Lorenzo ?

« J’ai vraiment cru pouvoir le prendre. Je l’ai attaqué une fois mais il m’a tout de suite ré-attaqué. Je crois qu’il avait un peu de marge. Quand je l’ai doublé, je pense que ça l’a réveillé et qu’il s’est dit de ne pas trop se reposer, car après je voyais comment il pilotait et il avait un petit step en plus sur moi. »

Et Pedrosa ?

« Pedrosa, je l’ai vu moins constant pendant le week-end, et là ça s’est vite vu car il a eu plus de mal avec les pneus usés. Et j’ai pu tourner ça à mon avantage. Déjà, en qualifications, on n’était pas loin l’un de l’autre, et là, je suis content d’avoir pu faire la différence et d’avoir quand même été compétitif durant tout le week-end. Ça ne t’assure pas, car il faut toujours se battre, mais ça te permet d’atteindre ce niveau des cinq, six ou sept premiers, de façon à être à moins de 10 secondes des premiers. »

Peux-tu tirer un bilan général des trois courses disputées au mois d’août ?

« En République tchèque, il y a eu ce changement de moto et c’était encore une course à expérimenter. Il y a eu aussi un peu d’excitation à vouloir être devant, et d’euphorie au lieu de l’analyse. Mais le but d’une saison, c’est quand même de travailler sur la constance, la compréhension des pneus, le style, gérer du premier tour avec des pneus neufs jusqu’au dernier tour avec des pneus usés, la moto pleine d’essence, etc. Et ça, je vois que je commence à mieux gérer, par ce qu’on a fait deux beaux résultats lors des deux dernières courses. Et quand je termine ma course, je ne fais pas un meilleur résultat qu’en début d’année, mais je suis quand même un peu plus frais. Donc c’est signe qu’il y a de la progression. »

Même sur ce tracé là qui est éprouvant, on te sent super bien à la fin…

« A la fin, j’étais fatigué parce que ça glissait encore plus. Après, on se stresse un peu par peur de ne plus aller assez vite et tu as toujours un peu de crainte de te faire rattraper. Mais là, ça a été bien. Oui, c’est une sixième place, mais quand on voit l’écart de tout juste 7 secondes, en début d’année je terminais parfois 5e mais à 15 secondes. Là, il y avait du monde qui allait vite ce week-end. »

Toutes les équipes d’usines ont fait des essais à Misano, donc tu vas partir avec un petit handicap. Comment vois-tu cela ?

« On suivra peut-être un peu la feuille de route de l’équipe officielle. C’est un circuit qui peut me plaire, différent d’ici. Avec la chaleur et les virages serrés, on peut avoir tendance à se fatiguer aussi. Mais j’ai le désir d’attaquer et d’aller rejouer les avant-postes, comme on était proche ici sauf que j’aimerais me mêler à la lutte avec eux. »

Pos. Num. Pilotes Motos Écarts
1 4 Andrea DOVIZIOSO Ducati 40’45.496
2 25 Maverick VIÑALES Yamaha +0.114
3 46 Valentino ROSSI Yamaha +0.749
4 35 Cal CRUTCHLOW Honda +1.679
5 99 Jorge LORENZO Ducati +3.508
6 5 Johann ZARCO Yamaha +7.001
7 26 Dani PEDROSA Honda +10.944
8 45 Scott REDDING Ducati +13.627
9 42 Alex RINS Suzuki +15.661
10 19 Alvaro BAUTISTA Ducati +25.279
11 44 Pol ESPARGARO KTM +30.336
12 53 Tito RABAT Honda +31.609
13 17 Karel ABRAHAM Ducati +31.945
14 8 Hector BARBERA Ducati +33.567
15 76 Loris BAZ Ducati +33.901
16 43 Jack MILLER Honda +43.012
17 38 Bradley SMITH KTM +48.683
Non classés
41 Aleix ESPARGARO Aprilia 2 tours
9 Danilo PETRUCCI Ducati 3 tours
29 Andrea IANNONE Suzuki 3 tours
93 Marc MARQUEZ Honda 7 tours
22 Sam LOWES Aprilia 15 tours