C’est dans une situation préoccupante au championnat qu’arrive Valentino Rossi à Silverstone. A la tête d’un seul succès depuis le début de cette saison et regrettant à présent 33 points de retard sur le leader au général Marc Marquez, le Doctor sait qu’il ne peut plus se permettre de lâcher d’autres points à ses adversaires s’il veut entretenir l’espoir d’un dixième titre à la fin de cette campagne. La Yamaha devra montrer un autre visage que celui vu depuis la rentrée à Brno et au Red Bull Ring. Les résultats des tests effectués à Misano avant de traverser la Manche sont, de ce point de vue, très attendus.

La Yamaha souffre d’une usure prématurée de son pneu arrière et s’est perdue dans une valse des châssis pendant qu’au sein du team satellite Tech3 on a de cesse de se féliciter de l’opus 2016 d’Iwata. Pour couronner le tout, les pilotes du team tricolore ont fait mieux que les officiels à quatre reprises sur onze courses disputées. Ce qui veut dire des points encore perdus face à la concurrence.

Silverstone devra donc être le signe du redressement. Yamaha s’est illustré à quatre reprises depuis le retour du MotoGP sur ce tracé. Le dernier succès de la marque aux diapasons est justement à mettre au crédit de Valentino Rossi, en 2015 : « nous allons en Grande Bretagne après avoir effectué des essais à Misano et je veux retourner sur la piste afin de vérifier si nous avons trouvé des solutions pour faire progresser notre moto ».

« Silverstone est un beau et amusant circuit. Mais il est aussi très exigeant. Il est long, rapide, et avec de nombreux changements de direction. Il y est important de trouver un parfait équilibre dans les réglages, notamment pour les grandes courbes et le freinage. Il correspond à mon style de pilotage et j’espère pouvoir me battre pour le podium ».

On rappellera que le dernier vainqueur en date du Grand Prix de Grande Bretagne est un certain Maverick Viñales. Il était alors pilote Suzuki et il est, aujourd’hui, son équipier…