Pas de conditionnel, pas de précaution et pas d’hypothèse : Manuel Pecino affirme clairement dans les colonnes du Mundo Deportivo que la performance des deux Yamaha officielles lors du Grand Prix de Silverstone est due non pas à de nouveaux réglages électroniques, comme l’ont affirmé leurs pilotes à ce sujet, mais à de tout nouveaux châssis « pré-2018 » mis au point lors des tests privés effectués par la firme d’Iwata à Misano, il y a une dizaine de jours.

Une information qu’on ne peut s’empêcher de relier aux derniers propos mystérieux de Cal Crutchlow (voir ici).

Le journaliste espagnol affirme que chaque pilote Movistar Yamaha disposait le week-end dernier d’un des châssis choisis lors des tests de Barcelone, ainsi que d’un tout nouveau châssis mis au point à Misano. Ce dernier ayant apporté toute satisfaction lors des essais, les deux pilotes officiels l’auraient sélectionné pour faire la course.

De fait, on ne peut que constater que Valentino Rossi a inhabituellement dominé 17 des 20 tours de celle-ci et que Maverick Vinales a réalisé son dernier tour à seulement 1 dixième de son meilleur chrono. Le tout avec des pneus arrière différents.

Yamaha semble donc bien avoir redressé la barre, en particulier en mettant à sa disposition de ses pilotes un matériel permettant au moins d’être compétitif aux essais tout en limitant la baisse des chronos en deuxième partie de course.

Cela est-il dû un nouveau châssis ou un ensemble plus complexe de choses ? Misano devrait permettre de clarifier la situation car, il faut bien l’avouer, nous ne sommes pas en mesure de noter une quelconque différence pour le moment…