L’Automotodrome de  Brno accueillera la 11ème manche du Championnat du monde MotoGP 2016 du 19 au 21 août. Connu sous le nom de Masaryk Circuit, en l’honneur du premier président de la Tchécoslovaquie (Tomas Masaryk), il a été reconstruit sur les cendres de la piste de 29 km de long créée dans les années 30, ainsi que sur les  tracés suivants, qui avaient accueilli plusieurs Championnats du Monde depuis 1965.

Bien que ce soit un circuit de 5.4 km, il dispose de plusieurs courbes majeures et peu de segments droits; le plus long étant seulement de 636 mètres.

Pour augmenter les difficultés techniques, le dénivelé du circuit de Brno change souvent, la pente ascendante la plus raide atteignant 7,52 degrés et la plus raide  vers le bas 5 degrés.

Selon des techniciens Brembo, qui traitent tous les pilotes MotoGP (Brembo fournit 100 % des pilotes dans la catégorie reine), l’Automotodrome de Brno est parmi les circuits les plus exigeants pour les freins.
Sur une échelle de 1 à 5, l’indice de difficulté a été classé à 4, le même classement que les tracés de Spielberg et des circuits espagnols Jerez et Aragon.

Utilisation des freins pendant le GP
Presque toutes les 14 courbes exigent un freinage, et c’est pourquoi les pilotes utilisent leurs freins pendant plus de 13 minutes du début à la fin de la course.
D’autre part, le fait que seulement une section de freinage doit être faite à plus de 300 km/h signifient que le ralentissement moyen est assez limité : 1,17 g.

Le freinages le plus exigeant
Des 11 sections de freinage du circuit de Brno, on n’en considère aucun particulièrement exigeant pour les freins. Cependant, 7 sont moyens et 4 sont légers. C’est cette succession qui rend le circuit sollicitant pour les freins.
Le plus exigeant pour le système de freinage est la 3ème courbe : le pilote y exerce une pression de 6,1 kg sur le levier de frein entraînant ralentissement de 1,5 g en passant de 291 à 109 km/h en 234 mètres.

Brembo

Tous les articles sur :