A course intéressante, courbes intéressantes! D’autant que le podium nous présente pour une fois trois pilotes ayant fait trois choix de configurations de pneus différentes.

Deuxième tour; Marc Marquez en Soft/Soft est au-dessus du lot mais son avantage au chrono se réduit à une seconde au troisième, puis à peau de chagrin au suivant. Cal Crutchlow (Dur/Dur) est le plus rapide au 5e tour et c’est un signe, mais comme il navigue alors en 13e position, personne ne le remarque…
Pourtant, ces chronos ne cesseront de s’améliorer jusqu’au 9e tour, avant de croître progressivement, ce qui ne l’empêche pas de prendre le commandement au 16e tour avant de remettre un coup de collier pour assurer sa victoire.

Derrière, Valentino Rossi (Tendre avant/Dur arrière) est un peu moins performant du fait de son pneu avant mais se révèle plus régulier. Il évitera l’erreur de vouloir suivre Crutchlow quand celui-ci le passe au 7e tour (aucune baisse de chrono). Contrairement aux Ducati et à Lorenzo, il n’abîmera pas son pneu avant tendre.

Troisième, Marc Marquez est également le premier pilote en Tendre/Tendre. Comprenant qu’il n’y aurait pas de changement de moto, il a économisé ses pneus en pilotant sur des œufs, forçant  un peu le rythme seulement en fin de course pour assurer le podium. Ses pneus ne semblent pas abîmés en fin de course; malgré un mauvais choix de pneus vu les circonstances, une démonstration d’intelligence et de talent.

Loris Baz, en Dur/Dur, n’est pas passé loin de monter sur le podium. Deux tours avant le drapeau à damier, il était même sur le bon rythme pour le faire. Mais Marquez a accéléré et Loris ralenti…

places