Avec Jack Miller, c’est tout ou rien. L’exploit ou la chute, la victoire ou le forfait. La rançon d’un parcours iconoclaste marqué par un saut direct du Moto3 au MotoGP. Le métier rentre donc dans la douleur. Sur le Red Bull Ring, il a chuté trois fois dont une dernière qui a laissé des traces. Au point d’être contraint au forfait à l’heure de la course. Une absence forcée qui pourrait se prolonger le week-end prochain à Brno.

La seconde partie de la saison commence sur les chapeaux de roues. Notamment avec deux Grand Prix en autant de week-end consécutif. Se blesser est donc une mauvaise idée et c’est hélas le malheur qui a frappé un Jack Miller qui a violemment tâté plus souvent qu’à son tour le bitume du Red Bull Ring. Dans sa dernière cabriole, il s’est fissuré le poignet, mais, surtout, il s’est fêlé une vertèbre. En l’occurrence la T6.

Une blessure qui met d’ores et déjà en pointillés sa participation au meeting de la République Tchèque : « il nous faut attendre de la prochaine radiographie » explique Cristian Gabarrini, son team manager en partance vers Ducati. « Ensuite, les médecins décideront si Jack peut rouler à Brno. La blessure des vertèbres est délicate ».

Une blessure avec laquelle les médecins ne rigolent pas. Demandez à Lucas Mahias ce qu’il en pense. Le Français devait participer au Grand Prix de France au guidon de la TransFiormers de Christian Boudinot. Mais il n’a pas reçu l’autorisation médicale nécessaire après avoir subi une lourde chute à Imola dont il avait été relevé avec les vertèbres T4 T5 T6 fracturés.

Si Miller devait faire l’impasse sur Brno, ce serait son troisième forfait sur blessure cette année après Austin.

Tous les articles sur : Jack Miller