C’est un Aleix Espargaró remonté comme jamais qui en a terminé avec ses qualifications MotoGP en République Tchèque. Le pilote d’une usine Suzuki qui ne le considérerait pas à sa juste valeur avait comme un goût de revanche à prendre. Il s’est donc exprimé sur le tracé de Brno et a manqué la première lige d’un rien. Mais il remettra ça demain.

Le futur pilote Aprilia ne s’en cache pas. Demain, il mettra l’ambiance dans le peloton : « je vais tout risquer, tout donner, mais il me faut ce top 6 ». Voilà qui est dit, le tout avec une main aux doigts blessés, avec des ligaments et des tendons amochés. Mais le dur Aleix s’en accommode : « ce matin, j’avais du mal à piloter, mais cet après-midi, c’était supportable. Les médecins me l’avaient dit : la douleur peut disparaître lorsque la main est sollicitée. Heureusement que la course a lieu l’après-midi ! »

Reste que depuis le début du meeting, Aleix Espargaró pointe sa GSX-RR aux avant-postes. Il a pu aussi jauger la concurrence : « je savais qu’en montant un pneu frais à l’arrière, je pouvais faire une performance. La moto était parfaite et mon tour était très bon. J’ai pu suivre Rossi et j’ai pu voir que nous sommes très bien en entrée de virages et jusqu’à la corde. C’est lorsqu’il faut relever la moto et accélérer que nous perdons. Nous travaillons là-dessus. Mais ce résultat est important. Je suis le vieux Aleix, un Aleix fort qui veut terminer la saison le mieux possible. Avec la Suzuki, je dois finir toutes les courses restantes dans le top 6. Ce week-end nous avons fait un grand pas en avant. Et cette quatrième place est une bonne position de départ. »

Certes, mais s’il pleut demain ? « D’abord, il va sûrement pleuvoir car à chaque fois que je suis bien sur le sec, le lendemain, il pleut ! » Un humour qui cache une crainte : « cette année, je ne suis pas à l’aise sur le mouillé ». Un souci partagé avec son équipier Maverick Viñales qui doit se contenter du neuvième rang sur la grille suite à des soucis de freins.

Tous les articles sur : Aleix Espargaro