Dans la traditionnelle interview qu’il accorde à gpone.com après chaque Grand Prix, l’ancien patron de l’équipe Aprilia (époque Biaggi) et actuel manager de pilotes, revient sur les faits marquants du week-end de Jerez. En voici quelques extraits.

Johann Zarco

« Personne ne le connaissait, moi-même inclus. Il n’a jamais été considéré par personne, malgré ses deux titres, peut-être à cause de sa nature réservée. Davide Brivio (ndlr : team manager de Suzuki) s’en veut beaucoup, alors que Johann était sous contrat avec lui, mais il a choisi Rins à la place. Poncharal est ravi, non pas parce qu’il l’a choisi, mais parce qu’il a fini chez lui de toute façon, parce qu’il lui manquait un pilote. »

Jorge Lorenzo et Ducati

« C’est une résurrection pour Ducati, je pense qu’ils sont à un tournant technique. Les plaintes de Jorge et Andrea, sur le fait de trop travailler essentiellement sur le moteur, ont été considérées par l’équipe. Lorenzo a apporté une contribution fondamentale, il a bien fait, personne n’aurait imaginé un podium en Espagne.

La déroute de Yamaha

« Ils ont été battus, ce que personne n’aurait imaginé à Jerez, surtout si nous considérons la performance de Zarco. C’est un problème de pneus, mais c’est la responsabilité des ingénieurs, surtout après deux ans d’expérience avec Michelin. À mon avis, ce qui s’est passé hier se reproduira si la moto ne peut pas être adaptée aux pneus. »

Dani Pedrosa et Sete Gibernau

« Avec Sete Gibernau à ses côtés, Dani est de nouveau heureux de courir. Avant, avec Alberto Puig, il était nerveux, il ne s’amusait pas. Je dois dire qu’en général le soutien d’un pilote est devenu un besoin plutôt qu’une tendance. »

Photo © Tech 3

Source gpone.com