Lors d’une conférence de presse le week-end dernier au Mugello, Dorna a annoncé son partenariat de fourniture pour la Moto2 avec le constructeur britannique Triumph. Celui-ci prendra la suite de Honda, présent dès la création de la catégorie en 2010, toujours en exclusivité.

Crash.net a désiré savoir quelle serait l’importance du changement de groupe propulseur pour la catégorie intermédiaire, et quelles en seraient conséquences. Y a-t-il eu d’autres options que Triumph ?

« Comme toujours, nous avions des options différentes à considérer et nous avons clairement choisi la meilleure à notre avis. Ce sera difficile en 2019, une nouvelle ère pour la classe, car ce n’est pas seulement le moteur, il y aura aussi de nouveaux châssis et un nouvel ECU. Beaucoup de changements.

« Nous avons également écouté l’opinion des équipes, qui nous ont dit : « Nous sommes très fiers de la classe Moto2 et de la façon dont elle a fonctionné, mais c’est peut-être le moment de la rafraîchir et de redémarrer ».

« Du côté des fabricants de châssis, cela a suscité beaucoup d’intérêt, nous avons été contactés non seulement par les fabricants actuels de châssis, mais aussi par de nouveaux fabricants et je peux dire certains qui étaient ici avant et cherchent à revenir. Je pense que c’est normal parce que la Moto2 est une grande bataille pour les fabricants de châssis et qu’ils doivent convaincre les équipes d’utiliser leur châssis. Nous pensons qu’il y aura beaucoup de possibilités de choix pour le paddock Moto2.

« Passer d’un moteur 600 cm3 quatre cylindres à un 765 cm3 trois cylindres est bon pour la classe, aussi parce que les autres opportunités que nous avions, même pour continuer avec Honda avec un moteur de série spécial pour nous, étaient à deux cylindres ou à quatre cylindres. Mais nous voulions un changement radical. La fiabilité est plus importante que la performance, mais nous sommes également sûrs que la performance sera similaire ou supérieure à l’actuelle. Non seulement à cause du moteur plus gros, mais aussi du nouvel ECU. 

« A l’heure actuelle, vous avez une électronique en Moto3, pratiquement rien en Moto2 et beaucoup en MotoGP. Nous voulons donc créer une échelle claire : Un peu plus d’électronique en Moto2 qu’en Moto3, mais moins qu’en MotoGP.

« Les coûts pour les équipes de Moto2 seront identiques. Nous continuerons également à utiliser la même répartition aléatoire des moteurs par ExternPro [qui prépare et maintient les moteurs Honda Moto2 actuels]. Ils commencent déjà à travailler sur le nouveau moteur. Parce que c’est un nouveau partenariat, je pense qu’il y aura une coopération plus étroite entre ExternPro et Triumph. »

 

Photo © motogp.com

Source : crash.net

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams :