Casey Stoner s’est longuement épanché lors d’une intéressante interview accordée à Akrapovic.

Le champion australien aborde de nombreux sujets avec son franc-parler habituel, mais nous n’avons retenu que cinq réponses concernant le MotoGP.

Quelle était la raison qui vous a décidé à collaborer de nouveau avec Ducati ?

Casey Stoner: “Au cours de 2015, j’ai réfléchi à ne collaborer plus avec Honda, car j’avais l’impression qu’ils n’utilisaient pas mes données et mon apport lors des tests. Je connais ma valeur comme pilote d’essais, car j’ai beaucoup à offrir aux ingénieurs-concepteurs. Je peux attaquer pour faire des chronos très rapides et avoir une meilleure compréhension de ce que fait la machine. Quand Ducati est venu vers moi l’année dernière, je me me suis dit que mon apport serait sûrement mieux utilisée par les gens de Ducati. Lors de mon passage précédent chez Ducati (2007-2010), j’ai toujours eu de bonnes relations avec l’équipe, j’ai seulement été déçu par certaines décisions qui ont été prises pendant que je courais pour eux. Mais maintenant, j’ai construit une nouvelle relation avec Ducati. Je veux vraiment les aider à revenir au sommet du Championnat du Monde MotoGP. Dans une certaine mesure, je vais encore avoir à faire avec le Championnat du Monde MotoGP, mais pas me rendre sur chaque course de ce très haut niveau et tout ce qui va avec, pas travailler à temps plein.”

Avez-vous dû adapter votre style de pilotage lorsque vous êtes revenu chez Ducati?

“Un de mes points forts est que je n’ai pas un style particulier de pilotage, je m’adapte à toutes les motos, autant que nécessaire. Je pense que c’est la raison pour laquelle je peux aller vite avec n’importe quelle moto. Je peux m’adapter, au lieu de demander de changer la machine pour correspondre à mon style de pilotage. Le pilote doit aussi faire une partie du chemin pour comprendre la moto, parce que vous ne trouverez jamais la moto parfaite.”

Comme regardez-vous le Championnat du Monde MotoGP maintenant, par rapport à quand vous y étiez? A-t-il changé?

“Je pense qu’il devrait y avoir plus de stabilité dans les règles, au moins pendant cinq à huit ans. Cela encouragerait d’autres usines, comme peut-être Kawasaki, à revenir à ce sport. Chaque fois que les règles changent, cela coûte beaucoup d’argent, parce que les usines ont besoin de construire de nouvelles motos et de les développer. Les changements de règles ne procurent pas toujours une meilleure course. L’ECU standard, qui a été introduit cette année, est un pas dans la bonne direction, même si je pense que les systèmes électroniques sont encore trop avancés. Depuis que j’ai fait ma dernière course, les systèmes électroniques n’ont pas beaucoup changé, mais des choses comme la gestion du frein moteur sont tout de même encore trop sophistiquées. Lorsque je teste la Ducati, je sens le contrôle de wheelie et de traction très restrictif. Qui a besoin d’un contrôle de wheelie? Je dis qu’il faut s’en passer et laisser les pilotes contrôler les gaz avec la poignée. Cela donnerait des courses dépendantes de l’habileté des pilotes, même si ceux-ci pourraient faire quelques erreurs.”

Quel pilote actuel MotoGP respectez-vous le plus, et pourquoi?

“Si on parle de respect, je ne peux pas oublier Jorge Lorenzo. J’ai couru contre Jorge. Au cours des dernières années, il a prouvé qu’il était de loin le pilote le plus fort et le plus constant. S’il ne gagne pas le championnat du monde, il en est le premier challenger par rapport au vainqueur. Son titre en 2015 a été très impressionnant. Après trois courses, il n’avait pas encore fait un podium, mais il est revenu et a remporté le titre. Il y avait quelques courses sous la pluie, où les choses ne sont pas à son goût, mais à la fin de la saison, il n’a pas été comme les autres pilotes qui se impliqués dans des choses stupides, mais a chassé le leader du championnat et a remporté le titre. Ce fut fantastique. On ne peut rien enlever à Jorge.
Et j’ai toujours eu aussi beaucoup de respect pour Dani Pedrosa, qui a eu plus de malchance. C’est un pilote talentueux, dévoué et sous-évalué.”

Comment voyez-vous la lutte pour le titre MotoGP en 2016?

“Je ne peux pas vraiment dire. Jorge est le favori, parce qu’il défend le titre, mais Marc Márquez a gagné les deux années précédentes, et Rossi est de retour. En outre, Dani est toujours un élément inconnu. L’année dernière, Andrea Iannone a fait un très bon travail et a beaucoup appris. S’il amène sa  Ducati encore plus près du maximum, il peut créer une grande sensation. La chose importante est de savoir qui s’adaptera le mieux aux pneus Michelin. C’est difficile.”

Tous les articles sur : Casey Stoner