Après plusieurs chutes survenues dans la nouvelle chicane, dite RACC (du nom de l’automobile club local), en vert ci-dessus, lors des essais vendredi en MotoGP, plusieurs motos se sont retrouvées immobiles au milieu de l’asphalte, posant des risques aux pilotes comme aux commissaires.

Il a donc été décidé d’utiliser l’ancienne chicane, en rouge ci-dessus prévue pour la F1, dite dans le paddock « chicane Miller » du nom du pilote australien qui l’utilisa ce vendredi avec assiduité.

Il y eut une réunion des pilotes vendredi soir au sein de leur commission de sécurité, et presque tous votèrent en faveur de l’utilisation de la chicane Miller, sauf Jorge Lorenzo, Johann Zarco et Scott Redding. La suggestion des pilotes d’utiliser l’ancienne chicane était finalement acceptée à la majorité, ce qui permettait aux organisateurs de dégager leur responsabilité en cas d’accident, la décision de la modification étant attribuée aux pilotes.

S’exprimant au sujet de la décision prise en Commission de Sécurité de revenir à l’ancienne chicane sur le tracé de Montmeló, le MotoGP Safety Advisor Loris Capirossi expliquait :

« En Commission de Sécurité, certains pilotes se sont plaints du nouveau tracé. Ils ont indiqué que les travaux n’avaient pas été faits correctement et qu’il y avait beaucoup de bosses. Et c’est pour cette raison qu’il a été décidé de revenir au tracé de la saison passée.

« Nous sommes là pour ça, pour s’assurer que le circuit utilisé demain soit le plus sûr possible. Durant les essais, nous avons également vu de nombreuses chutes au cours desquelles la moto restait sur la piste, ce qui est très dangereux en sortie de virage.

« Nous avons déjà expérimenté l’ancienne chicane et nous n’avions pas eu autant d’incidents. C’est pour cette raison que les pilotes ont formulé cette demande. En cas de chutes, l’ancien est mieux. »

 

Photo © motogp.com

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams :