C’est un Valentino Rossi aux sentiments mitigés qui arrive ce week-end sur le tracé de Montmelo. Un circuit qu’il a dominé déjà six fois dans sa carrière, en 2001, 2002, 2004, 2005, 2006 et, enfin, en 2009 après un dernier assaut sur Lorenzo qui est resté dans les mémoires. Mais ce qui sera aussi à l’esprit du Doctor c’est cet abandon au Mugello qui l’a repoussé à 37 points de son équipier dans la course au titre.

Les dégâts au championnat du Grand Prix d’Italie sont donc au moins aussi conséquents que ceux constatés dans le moteur de la Yamaha M1. Le nonuple titré n’avait pas connu une telle frustration technique depuis 2007. Une éternité ! Mais c’est arrivé au neuvième tour d’un tracé du Mugello dont il avait trouvé la recette au vu de son aisance à suivre le futur vainqueur Lorenzo.

De quoi avoir des regrets. Et ceux-là sont toujours présents en arrivant en Catalogne : « c’est l’un de mes tracés préférés » annonce Vale. « J’aime ce circuit et son ambiance. Je pense que j’ai cette année un bon potentiel pour y faire une belle course. J’arrive donc avec la certitude de pouvoir y être rapide mais aussi avec l’amertume de ce qui aurait pu être une belle course au Mugello. Nous y étions très rapides le dimanche et c’était le résultat de notre travail depuis le début du meeting. Il faudra appliquer la même méthode ce week-end. » Avec la casse en moins le dimanche après-midi.

Tous les articles sur : Valentino Rossi