Il fait partie des péripéties qui ont animé un Grand Prix de Catalogne riche en émotions. Celui-là est un Andrea Iannone dont le style généreux, que d’aucuns qualifient aussi à l’emporte-pièce, a de nouveau fait la une du jour à la direction de course. Après être tombé au Qatar en évitant de peu un équipier qu’il n’a pas loupé en Argentine, il était sous la surveillance des officiels. Et de Ducati. En accrochant pour le compte Lorenzo lors de la course à Montmélo, il est devenu un cas à traiter d’urgence.

Ceci tant au niveau des officiels que chez Ducati. Qui, au passage, n’a pas goûté à son sens de l’humour sur les réseaux sociaux, moquant le mal de cou de son équipier Dovizioso avoué au Mugello. Bref, ça commence à faire beaucoup. Une mauvaise série ou la révélation d’un mauvais garçon ? Une série noire ou un chat noir ?

Sur l’incident avec Lorenzo, Iannone n’en démord pas : il n’a rien fait de mal : « j’ai freiné au même endroit que lors des tours précédents, je n’ai pris aucun risque inconsidéré et les données de la télémétrie le montrent. Sur ce freinage, j’ai gagné plus de deuxièmes sur Lorenzo, c’était donc bien lui qui était très lent. C’est pour ça que je lui ai demandé après s’il n’avait pas eu un souci sur sa moto. Je suis désolé pour Jorge, j’ai fait ce que j’ai pu pour l’éviter, mais c’était impossible ».

Et aller sur l’extérieur plutôt que de s’entêter à l’intérieur ? « Je suis arrivé très vite sur lui et je ne me suis pas rendu compte immédiatement à quel point il avait ralenti. Tout est allé ensuite très vite, j’ai été le premier surpris ».  Une version que ses homologues pilotes ont entendu pour lui accorder le bénéfice du doute. Pedrosa, lors de la conférence de presse, a ainsi précisé qu’il n’y avait eu aucune intention agressive de la part de Iannone. Pour autant, la direction de course l’a sanctionné. Une punition acceptée par l’Italien : « j’accepte cette décision, j’assume les erreurs et s‘ils disent que j’ai exagéré alors je prends la sanction. Il faut penser à beaucoup de choses lorsque l’on pilote une MotoGP. J’essaierai d’être plus concentré la prochaine fois ».

Maintenant, quid de Iannone chez Ducati jusqu’à la fin de la saison ? On sait qu’il a déjà signé pour Suzuki en vue des deux prochaines saisons. En Catalogne, il a accroché un Champion du Monde en lutte pour le titre mondial. Un fait déjà vécu en Formule 1 avec le jeune pilote Russe du team Red Bull  Daniil Kvjat. Qui a eu le tort d’accidenter Sébastian Vettel, officiel Ferrari lors d’un Grand Prix. Une bévue sanctionnée par l’équipe qui l’a rétrogradé au sein de sa structure satellite Toro Rosso. Une mutation qui aurait l’attention de Ducati d’après la presse italienne. Iannone retrouverait si c’était le cas Pramac. Une conjoncture regardée de près par Petrucci et Redding.

Tous les articles sur : Andrea Iannone