L’affaire est consommée depuis que Lorenzo a accepté les excuses enfin formulées par son bourreau Iannone. Ce dont il s’agit, c’est de l’accrochage entre le pilotes Yamaha et le pensionnaire de a Ducati lors du dernier Grand Prix de Catalogne. Un incident qui vaudra à l’Italien de partir bon dernier sur la grille de départ du prochain rendez-vous à Assen. Une sanction acceptée et justifiée, mais pas pour les raisons que l’on croit.

Car au vu des images, on a l’impression que Jo le Maniac a perdu tout sens commun en fondant sur sa proie Por Fuera jusqu’à le couper en deux à la corde du virage. Une vitesse excessive ? Non sire, mais un défaut de respect de la distance de sécurité. Sans rire, ce que l’on a vu, en fait, c’est un banal accident de la circulation.

C’est bien ce que l’on finit par penser à se référant aux explications de Mike Webb, qui est le directeur de course attitré des Grands Prix : « la première chose que m’ait dite Iannone a été confirmée par les données télémétriques. Il n’a jamais freiné plus tard que lors des tours précédents. Jorge était très lent et il n’a pu l’éviter. J’ai alors regardé les mesures de l’autre moto et il ressort que son point de freinage était normal à ceux des passages précédents. Iannone a dit la vérité et Jorge n’a rien fait d’anormal ». Mais alors quelle force maléfique a fait en sorte que ces deux corps en mouvement entrent en collision ?

On ne sait, mais le code de la piste est le même que le code de la route : « c’était de la responsabilité de Iannone d’éviter le pilote qui était devant lui. Il prend donc la pénalité ». Constat amiable fait, il ne reste plus qu’à le signer. Ceci dit, l’Espagnol à la Yamaha a regretté une sanction trop légère. Mike Webb, sur ce point, recadre : « nous avons à présent un système qui gradue la sanction. A chaque faute répétée, la punition se fait plus sévère. Iannone a admis son erreur, il a fait ses excuses et comme ce n’était pas la première fois, il a été plus durement sanctionné. Et nous estimons que partir du fond de la grille de départ est quelque chose d’approprié ».

« Jorge trouve que ce n’est pas assez, Andrea pense que c’est trop dur. Nous nous situons au milieu et maintenons l’équilibre entre la sévérité, le passif et l’intention ». On rappellera qu’après sa bévue argentine contre son équipier Dovizioso, Iannone avait été sanctionné de trois places sur la grille de départ du Grand Prix suivant à Austin.

Tous les articles sur : Andrea Iannone, Jorge Lorenzo