Le pilote Peugeot a souffert tout le week-end avant de chute durant la course, percuté par Stefano Valtulini dans le virage 5 au premier tour, “Dès le premier jour, rien n’allait,” se lamente Masbou.Pour une fois, c’est le châssis qui nous a causé des problèmes et non le moteur. Malheureusement, samedi matin, je n’ai pas pu travailler sur le tracé modifié en raison d’un souci technique. J’ai pris connaissance de la piste lors de la qualification.

Ce changement de tracé n’a pas convenu aux solutions trouvées le vendredi, “Les réglages que nous avions allaient dans la mauvaise direction. La qualification a été difficile et je me suis retrouvé pratiquement au fond de la grille. En course, j’ai pris un bon départ, mais un pilote a chuté et m’a entrainé avec lui.

Au sol quelques instants après la chute, le Français ne souffre d’aucune blessure sérieuse, “J’avais simplement mal à l’épaule et à la cheville, mais rien de cassé,” rassure-t-il.

Dans deux semaines se tiendra le prochain rendez-vous du calendrier sur le mythique tracé d’Assen, “Comme avant chaque épreuve depuis le début de saison, je ne sais pas à quoi m’attendre de ce tracé,” confie Masbou.J’espère simplement qu’en interne à l’équipe, les choses se passeront mieux et que nous pourrons aborder les choses de façon plus sereine.

Outre ses problèmes en piste, Masbou met cela de côté face à la tragique disparition de Luis Salom,La FP3 a permis à tout le monde d’évacuer tant bien que mal toutes les pensées négatives. N’ayant pas roulé en FP3, cela a été pire pour moi de me mettre directement dans le rythme durant la qualification. Les derniers épisodes similaires se sont passé le dimanche en course. Cette année, nous avons dû rouler avec cela sur le coeur. Ce n’était vraiment pas évident. Je pense que pour beaucoup, leur tête était ailleurs ce week-end.”

Tous les articles sur : Alexis Masbou