Jorge Lorenzo n’a jamais quitté la première ligne à Misano depuis son arrivée en MotoGP en 2008. Aujourd’hui, si les tribunes “jaunes” de monde n’avaient d’yeux que pour leur héros, c’est le Majorquin qui s’est imposé. 

Lorenzo est-il réelle menace pour Rossi sur ses terres ? Où en sont les Honda ? 

Retour sur cette journée de samedi du #SanMarinoGP.

Lorenzo, un tour d’anthologie

“C’est probablement le meilleur tour de toute ma vie,” a confié Lorenzo dans le Parc Fermé juste après la Q2. Le Majorquin s’est effectivement placé comme l’homme à battre ce samedi soir à Saint-Marin. Il est le seul pilote à avoir inscrit un temps 1’31 dans les records du Misano World Circuit Marco Simoncelli, “Après mon premier tour, qui était déjà rapide, j’ai pris davantage de risques pour faire mieux et cela en valait la peine. Petit à petit, nous faisons de nets progrès sur la moto. Après la FP4, nous avons apporté quelques ajustements et nous pouvons probablement rouler en petit 1.33.0 ou gros 1.32 à la régulière. La qualification et la course sont différentes, mais cela vous donne confiance.

Quant au choix de pneus, Lorenzo reste discret, “Nous avons un choix clair, mais pour de raisons évidentes, je ne le partagerai pas ici.

Son premier tour rapide aurait été bouclé à la limite de l’irrégularité, puisque certaines images montrent qu’il aurait excédé les limites de la piste. Il est utile de rappeler que la Direction de Course dispose d’images qui ne sont pas diffusées à l’écran et qui sont bien plus précises et qu’il est impossible de juger. Son deuxième tour cependant, bien plus rapide, a été bouclé dans les règles de l’art. De quoi faire taire certaines médisances…

Aujourd’hui, Lorenzo occupe la première place du classement du nombre de poles en Grand Prix avec 64. Ce nombre n’est probablement pas un record, puisque de nombreuses d’entre elles ne sont pas référencées. L’âge d’or de Giacomo Agostini compte de nombreux vides en termes de résultats et il est fort probable que ce soit l’Italien qui détienne le record à ce jour.

Rossi, bien que deuxième sur la grille demain, a montré aujourd’hui qu’il n’était pas autant à l’aise que ce à quoi il s’attendait en arrivant sur ses terres, “Je suis content de cette deuxième place,” explique-t-il. “Toutefois, nous nous battons un peu avec les pneus. Le choix de l’avant et de l’arrière est encore ouvert, tout dépendra des conditions demain. Une température quelques degrés moins élevés nous aiderait. J’étais convaincu par le pneu arrière tendre jusqu’à ce que j’essaie le dur avec lequel je me suis senti immédiatement à l’aise, mais personne ne sait réellement ce qui se passera après la mi-course. Nous verrons demain.

Au rythme de course en FP4, Rossi semble encore légèrement en retrait face à ses adversaires pour le titre Marquez et Lorenzo, “Misano est un tracé très exigeant aussi bien pour les pneus que pour le pilote. Il sera difficile de donner son maximum sur la durée de la course (28 tours). Le circuit est étroit et il est difficile de doubler. Être en première ligne est donc d’autant plus important ici.

Troisième sur la première ligne, Viñales se sent à l’aise au guidon de la GSX-RR à Misano, “Je suis content d’être en première ligne, car c’est vraiment important pour la course. Je me sens bien en termes de rythme de course et j’en suis ravi,” dit-il. “Depuis Brno, nous avons fait un pas en avant sous des températures plus élevées et nous en voyons le bénéfice aujourd’hui. Pour le moment, je ne suis pas encore fixé sur le choix des pneus, mais je me sens prêt à me battre.”

Des pneus au comportement différent ?

Durant la période Bridgestone, de nombreux pilotes se sont plaints du manque de similitudes d’un même pneu à l’autre, un point dont souffre Michelin cette saison, “J’ai connu ce problème à Silverstone, le pneu glissait beaucoup à l’accélération et le pneu glissait sur la jante,” explique Lorenzo. “À Misano, les performances d’un pneu à l’autre ne sont pas les mêmes et ce n’est pas normal.

Rossi confie aussi avoir rencontré le même problème ce week-end, “Nous n’avions pas de problème jusqu’à Misano. Les performances ne sont pas les mêmes et j’espère que cela ne sera pas le cas demain.”

Aucune Honda en première ligne

Ce n’était pas arrivé depuis le Grand Prix d’Autriche avec la 5e place de Marquez. Le pilote Honda a manqué le bon créneau pour se placer en première ligne, “J’ai ralenti pour faire un bon tour, mais les pneus étaient un trop usés,” dit-il au sujet de son deuxième run. “Ils n’étaient pas en état de me fournir le grip nécessaire. J’ai manqué cette deuxième occasion. Toutefois, je suis content. Mon rythme est vraiment bon, nous sommes plus proches des Yamaha et nous essaierons de nous battre contre elles demain.

Au sujet du choix des pneus, Marquez explique, “Je pensais utiliser le dur à l’avant et le tendre à l’arrière, mais la météo semble plus nuageuse demain et nous devrons confirmer notre choix. Il semble que ce soit le bon choix. Valentino a utilisé le dur et il était rapide, nous verrons.

Depuis quelques Grands Prix, la RC213V de l’Espagnol arbore les grands ailerons, “Ils nous aident à parer les wheelies. De même, nous avons un peu amélioré l’électronique et cela nous offre davantage de maîtrise. À Misano, il y a beaucoup d’accélération sur l’angle et cela nous aide aussi.” Si les nouveaux pneus gênèrent plus de wheelies, la “moto se comporte bien. Et je pense que nous pouvons nous battre face aux Yamaha. Il semble que la compétition soit serrée encore ce week-end, mais selon moi, les Yamaha et Dani sont les plus rapides.”

Au sujet de la montée en puissance de Pedrosa, le duo Yamaha est méfiant, “Je pense qu’il peut être dangereux demain,” déclare Rossi. “C’est une bonne nouvelle pour nous qu’il soit en troisième ligne.” De son côté Lorenzosouhaite voir Pedrosa se battre pour le meilleur après avoir manqué de confiance.”

Je pense que nous avons plus ou moins trouvé les réglages pour demain,” confie Pedrosa à l’issue de la journée. “Nous devons encore choisir les pneus. Le plus important sera de prendre un bon départ et doubler les pilotes devant qui ont un rythme moins rapide que nous. Nous devrons faire faire attention à Lorenzo qui est très rapide en début de course. Nous tenterons d’être aussi devant aussi rapidement que possible.

Entre (in)compréhension et frustration pour Iannone

Andrea Iannone s’est fracturé la vertèbre T4 vendredi matin durant la première séance. Après sa visite à l’hôpital de Césène, l’Italien espérait être en mesure de rouler samedi. Les médecins de l’hôpital et ceux de la Clinique Mobile l’ont déclaré apte, mais ce matin ceux du circuit en ont décidé autrement.

Je suis vraiment déçu,” confie-t-il ce midi. “C’est ma course à domicile. C’est ma dernière course sur une piste italienne au guidon d’une moto italienne devant mon public. Pour moi, cela était un week-end vraiment important et j’en attendais beaucoup. Nous avons réalisé un test la semaine d’avant Silverstone et les impressions étaient bonnes. C’est moi qui décide, mais le dernier mot revient au docteur. Hier, il m’a déclaré inapte. En arrivant au circuit après ma visite à l’hôpital, je pouvais être évalué le lendemain.”

Ce matin, à 9h, je me suis rendu au centre médical. Après avoir dit ‘Bonjour’, j’ai dit que ‘j’étais prêt pour la séance’. Mais ils ont répondu, ‘Non, tu n’es pas apte. Merci beaucoup !‘”

Je ne sais pas pourquoi tout a changé. C’est difficile de comprendre cela. Je suis content, car le Dr Charte [Dorna] me soutient à 100% et a organisé le déplacement en hélicoptère de l’hôpital de Césène. Il voulait contrôler mon état et j’ai beaucoup parlé avec lui. J’apprécie ses efforts. Je pense que c’était trop risqué pour moi et une nouvelle chute aurait été risquée. Je pense que parfois il est important de comprendre le pilote. La première chose est de revenir. Bien sûr, j’ai mal là, mais sur la moto, je ne le sais pas. Les médecins ont décidé pour moi.

Dans un sens, je suis responsable, car c’est mon travail. Le médecin du circuit a dit ‘Non, tu n’as pas la condition pour continuer. Je te déclare inapte.’ Normalement, le pilote passe un bilan, mais j’ai seulement parlé. Je comprends que c’est difficile et dangereux.

Carlo Pernat, son manager, nous confie qu’”il sera en Aragon. Il a simplement besoin de repos et de rester tranquille d’ici là.” Mais Iannone modère, “Je ne serai pas à 100%, mais ce sera important d’être là-bas.”

Zarco, des envies de victoires

Champion du Monde en titre, Zarco peut devenir le premier pilote Moto2 à défendre son titre. Une pénalité à Silverstone a permis à son plus grand adversaire, Rins, de se rapprocher à dix points seulement, “C’est pour cette raison que nous appelons cela le Championnat du Monde,” répond Zarco. “Ce n’est jamais simple. Après l’Autriche, je n’ai pas pensé que tout était joué, et en deux courses, cet avantage a pratiquement disparu.”

C’est plutôt bon d’être en pole position après un bon début de week-end. Après Silverstone, c’était l’objectif. Si je suis en mesure de jouer sur le rythme, je serai peut-être en mesure de m’échapper. Si cela n’est pas possible, nous nous battrons face aux autres pour rester là.

Demain, Zarco s’élancera depuis la pole position devant Nakagami et Baldassarri. L’Italien nous a confié que son objectif était de finir devant le français coute que coute, “Après ce qu’il s’est passé au Mugello où il a terminé devant moi et mon public, je me dois de le battre.”

Si Baldassarri joue la revanche sur Zarco à domicile , Rins occupera la 9e place demain. Bien que blessé, l’Espagnol ne s’inquiète pas, “Ma clavicule ne me pose pas de problèmes et je pourrai me battre demain en course. Nous avons trouvé de bons réglages et j’aime cette piste.

Tout comme confie Rossi au sujet de ce rendez-vous spécial, “J’ai la pression jusqu’à 14h...” Les interrogations laisseront place à l’action en piste.