C’est sous un soleil radieux et une température estivale que la journée s’est terminée. Dès ce matin, avec la première séance Moto3, la température de l’air était déjà de 25°C. Dans ces conditions et à l’aide du nouveau pneu avant Michelin, l’ordre s’est retrouvé bousculé en MotoGP.

P. Espargaro en tête, Lorenzo souffle

Les pneus que Michelin a amenés ici m’ont permis de rouler avec ma Yamaha d’une manière qui me convient mieux,” explique Pol,  “Le pneu dur arrière a beaucoup de grip et une bonne performance lors du freinage. Le résultat final est un petit trophée mais l’important travail commence demain, donc ce soir nous allons vérifier certaines données pour améliorer un peu parce qu’il n’y a pas beaucoup d’écart avec les autres pilotes.” Le pilote Tech3 ne semble pas touché par sa lourde chute en début de course dimanche dernier, “Ma condition physique après la mauvaise chute de Silverstone n’affecte pas mon pilotage,” termine-t-il.

Le nouveau pneu avant proposé par Michelin ce week-end offre une structure plus rigide et celui-ci permet une meilleure stabilité, un point dont Lorenzo en particulier souffre depuis quelques courses, “Je suis vraiment content, car après un moment, je me sens à l’aise avec les réglages de la moto et je peux piloter comme je le souhaite dans un rythme régulier,” explique Lorenzo. “Nous avons décidé de changer l’avant et l’arrière rapidement durant la séance. Ainsi nous n’avons pas eu à mettre un nouveau pneu en fin de séance comme les autres. À cause de cela, nous n’avons pas pu être un peu plus rapides, mais j’ai un bon rythme et de bonnes sensations. Nous essaierons de faire un autre pas de plus demain.

Pour Pedrosa, monter les pneus en température n’est pas un problème sur le circuit de Misano. Le pilote Honda est ainsi en mesure de trouver le rythme dès les premiers tours à l’inverse des Grands Prix précédents où la combinaison froid/poids ne le permettait pas, “Nous avons bien commencé,” confie Pedrosa. “Il sera important de rester concentré demain. Par chance, nous avons pratiquement pu essayer tous les pneus alors que les conditions étaient idéales. Après le test à Brno, nous avons apporté un petit changement aux réglages que j’ai aimé. Nous continuons à faire de petits changements, d’abord à Silverstone, puis ici. Nous retrouvons confiance pas à pas. Nous devons faire le bon choix de pneus pour la course.”

Une fois n’est pas coutume, Marquez termine derrière son coéquipier à l’issue de la première journée avec le 5e temps. Malgré une chute, à l’instar de Pedrosa, Marquez a travaillé sur les différents pneus proposés par Michelin afin de ne pas se faire surprendre par le temps, “Je suis ravi du déroulement,” explique le pilote Honda. “Je pense que nous avons assez bien travaillé. Nous avons pratiquement essayé tous les pneus pour ne pas réitérer l’erreur de Silverstone. Dans la matinée, j’avais un feeling étrange avec différents pneus avant. J’ai forcé sur l’avant sur un virage lent et je l’ai perdu, bien que je cherchais déjà la limite à ce point. Honnêtement, nous avons moins souffert que ce à quoi nous nous attentions initialement. En fait, je suis parvenu à faire partie des pilotes les plus rapides.

Rossi conclut la journée en 6e position ce vendredi à plus de six dixièmes de Pol Espargaro, “La journée a commencé dans la bonne direction. Ce matin, nous avons travaillé sur la moto et nous avons utilisé les pneus durs à la fin. Je me suis senti à l’aise et rapide,” explique-t-il. “Cet après-midi, la température de la piste a augmenté de 15°C et le rythme a beaucoup diminué. Sur ce circuit exigeant pour l’avant, nous avons aussi rencontré quelques problèmes à l’avant. Après quelques tours, le pneu souffre beaucoup. Avec le pneu tendre à l’arrière, nous avons bouclé de bons runs, le rythme n’était pas si mauvais, mais je termine 6. Nous avons du travail, en particulier sur l’équilibre de la moto. Nous devons trouver un moyen de retrouver le feeling à l’avant.”

Rossi précise que les nouveautés Michelin ne concernent que le tendre et le médium avant. Le pneu dur reste encore à essayer, “Nous devons trouver les réglages pour le médium. Si nous n’y parvenons pas, nous essaierons le dur. Le comportement du nouveau pneu est vraiment similaire sur le tendre et le médium.

Rossi vs. A. Espargaro

Alors que son frère occupe la tête du classement combiné vendredi, A. Espargaro s’est retrouvé sur la trajectoire de Rossi durant la FP2 causant le mécontentement du pilote italien (un doigt d’honneur pointé en direction du pilote Suzuki), “Sincèrement, je ne comprends pas son comportement,” explique Rossi. “Ce n’est pas la première fois puisque c’est déjà arrivé en Autriche : en forçant, je suis arrivé derrière les deux Suzuki. Viñales et Espargaro m’ont vu. Viñales a ralenti alors qu’Espargaro est resté sur la trajectoire. Je ne comprends pas. Je suis venu le voir pour me plaindre et il m’a dit ‘fuck you !’. Je m’attendais plutôt à des excuses.”

De son côté, A. Espargaro s’est aussitôt excusé en piste, “Mike Webb (Directeur de Course) est venu me voir après la séance pour me dire qu’il n’a rien vu sur les images. Si vous êtes sur la trajectoire, vous perdez un point, mais j’étais en dehors comme on le voit sur les images. J’ai aussi dit que Valentino était un peu nerveux, ce qui me parait bien, mais si vous êtes nerveux, prenez du tilleul, car je ne l’ai pas gêné.

Pour mémoire, la saison dernière, Rossi avait gêné Lorenzo dans les mêmes circonstances à Misano. L’Italien avait été sanctionné d’un point de pénalité. Un point qui a eu toute son importance après le Grand Prix de Malaisie…

L’incertitude Ducati

En l’absence de son coéquipier blessé, Dovizioso est le premier représentant Ducati au classement combiné des deux séances. Après un test positif il y a 10 jours sur ce tracé, l’Italien est satisfait de son premier contact sur les nouveaux pneus, “Nous avons commencé à faire des essais de pneus et de réglages tout en améliorant nos temps et cela est très important,” explique Dovizioso. “Je pense toutefois que nous avons encore besoin de progresser pour rester parmi les premiers.” Rappelons que Dovizioso souffre encore de sa blessure au genou survenue à Misano (test), puis à Silverstone la semaine dernière.

Pour Redding et sa GP15, la journée a été bonne. Il termine 8e temps derrière Crutchlow malgré une casse moteur ce matin, “Ce n’est rien de particulier, ce sont des choses qui arrivent. Nous avions beaucoup roulé avec ce moteur.

Petrucci (12e) vit une histoire différente, “Le pneu dur arrière n’a pas fonctionné. Cela nous a posé problème, car nous ne pouvions pas l’utiliser de la meilleure façon. Je suis confiant : nous avons souffert dernièrement face aux motos usines, mais je pense qu’ici nous pouvons être plus proches.

Iannone forfait… peut-être pas !

Durant la première séance d’essais libres, Iannone a chuté à vitesse rapide au virage #13. L’Italien a ensuite été transporté à l’hôpital de Césène où une ‘fissure’ de la vertèbre T3 a été diagnostiquée.

Très logiquement, les médecins l’ont d’abord déclaré inapte à terminer le week-end. Toutefois, le pilote Ducati passera un bilan médical samedi matin pour confirmer ou non sa participation, “Les médecins ont diagnostiqué une fracture de la T3. Ils ont décidé de m’examiner de nouveau demain matin avant de me donner le feu vert pour rouler. J’espère pouvoir bien me reposer ce soir et ne pas me réveiller avec des douleurs, car je tiens particulièrement à courir à Misano. “

Sa participation sera conditionnée par l’amplitude de ses mouvements, la douleur et les risques. Il est intéressant de rappeler que Wayne Rainey a chuté sur ce même tracé en 1993 après s’être fissuré une vertèbre peu de temps auparavant. Si la chute semblait anodine de prime abord, elle s’est conclue par une hémiplégie. Depuis le tracé a été refait…

Après les pilotes…

Les équipes organisent leur staff pour la saison 2017. Depuis le test qui a suivi le Grand Prix de Catalogne, nous savons que Ramon Forcada, l’un des hommes clés de la réussite de Lorenzo ne l’accompagnera pas chez Ducati. Viñales héritera ainsi de la connaissance et de la maîtrise du mécanicien espagnol.

De son côté, Lorenzo s’offrira les services de Cristian Gabbarini, actuel chef mécanicien de Jack Miller et ancien de Casey Stoner durant sa période dorée au sein de Ducati. Lorenzo ne s’est jamais réellement prononcé à ce sujet, “Je me concentre sur la saison actuelle,” expliquait-il après Barcelone. “Je penserai à la prochaine saison lors du test à Valencia après le Grand Prix.

Durant le Grand Prix d’Autriche, nous apprenions que Jack Miller voulait récupérer le chef mécanicien qu’il avait durant la saison 2014 en Moto3, Patrick Unger. Les négociations n’ont pas abouti puisque l’Australien devrait s’offrir les services de Ramon Aurin, ancien ingénieur télémétrie puis chef mécanicien de Dani Pedrosa. De son côté, après Mike Leitner (passé chez KTM) et Ramon Aurin, Pedrosa devrait collaborer avec Giacomo Guidotti qui s’occupe de Scott Redding dans l’équipe Pramac. Auparavant, Guidotti s’occupait de Barbera dans l’équipe Avintia Racing à l’époque des CRT.

Parmi les transferts, Romano Fenati a enfin concrétisé avec l’équipe Ongetta. Il prendra la place de Niccolo Antonelli dont l’officialisation de la signature avec Aki Ajo semble imminente. Alors que Loi pourrait rejoindre l’équipe Leopard Racing sur Honda aux côtés de Joan Mir, Tatsuki Suzuki pourrait prendre la place du belge dans l’équipe RW. Le Japonais cherche une Honda.

En Moto2, nous l’annoncions déjà à Silverstone, Andrea Locatelli rejoindra l’équipe Italtrans pour les deux prochaines saisons.

À noter que Pit Beirer (KTM Motorsport Director) et Carmelo Ezpeleta (CEO Dorna Sports) ont concrétisé l’arrivée du constructeur en MotoGP dès 2017 pour une période de 5 ans.

Ce soir, au coucher du soleil, quelques membres du paddock ont rendu hommage à Shoya Tomizawa comme chaque année depuis sa disparition en 2010.