L’excès de poids est l’ennemi du pilote car de précieux chevaux sont perdus pour déplacer la masse superflue. Cal Crutchlow a ainsi suivi un régime cet hiver, et beaucoup roulé à vélo, pour perdre 6,5 kg. Mais pour son chef d’équipe Christophe Bourguignon, l’avantage ainsi acquis est au moins autant psychologique que technique.

Le pilote britannique, âgé de 32 ans, a estimé utile de parcourir 7 000 km à vélo afin d’être en forme sur sa Honda RC213V désormais fournie par l’usine, et identique à celles de Marc Marquez et de Dani Pedrosa.

Christophe Bourguignon et l’équipe LCR ont découvert Crutchlow aminci à Sepang. « Nous ne le savions pas jusqu’à ce que nous l’ayons vu », a déclaré le technicien belge. « Je pense qu’il contrôle la façon dont il s’entraîne en hiver. Personne ne lui a dit ce qu’il devait faire. C’est juste sa propre habitude.

« Nous n’avons pas eu de ses nouvelles pendant tout l’hiver. Il était en train de s’entraîner en Californie. Je pense que c’est probablement une bonne motivation pour lui. Il a utilisé cela comme une motivation car il est vraiment dur de le faire en hiver. C’est un coureur bien préparé. »

En Thaïlande, Crutchlow a admis qu’il ne ressentait pas de grande différence sur la moto avec son poids diminué, et Bourguignon pense que même si les gains sont minimes pour un coureur plus léger, l’aspect mental de la préparation physique est plus important.

« En regardant les données, nous ne pouvons pas voir de différence », a-t-il dit. « C’est vraiment proche. Je ne pense pas que vous puissiez dire que c’est ce qui fait la différence, mais si vous calculez, vous allez voir qu’en 30 tours, vous gagnerez un certain nombre de dixièmes sur une distance de course.

« Cela ne peut pas être pire, seulement mieux. Lorsque vous avez un coureur léger, cela signifie probablement qu’il est en bonne condition physique, qu’il est bien dans sa tête et qu’il est prêt pour la course. Il semble être vraiment détendu et confiant quant à la façon dont il s’est préparé cet hiver.

« Vous savez, nous essayons de gagner des kilos sur la moto pendant tout l’hiver. Nous utilisons ceci, ceci et cela, parce que c’est un peu plus léger. Nous utilisons les fourches Öhlins en carbone parce qu’elles sont plus légères et évidemment avec lui qui a perdu du poids, ainsi que tout l’ensemble, cela fait une différence. »

Bourguignon s’est montré prudent avant de faire des prédictions audacieuses. Pourtant, il estime que, compte tenu du rythme de Crutchlow lors des deux tests réalisés à ce jour, il a une bonne chance de montrer des similitudes avec ses performances de la seconde moitié de 2016 – la meilleure saison de l’Anglais dans la catégorie reine.

« Nous sommes évidemment là pour ça, a dit Bourguignon, nous savons que nous avons tous besoin d’une bonne année, mais il n’y a aucune pression. Zéro pression, et nous ne nous préparons pas différemment des autres années. Nous essayons juste d’être les mêmes que nous l’avons été.

« Si nous pensions juste que nous devions travailler plus dur parce que nous avons une meilleure moto, cela signifierait que nous n’avons pas assez travaillé les années précédentes.

« Il est tôt. Je ne veux rien dire. Je suis sûr que d’autres ont quelque chose dans leurs manches. Nous devrons continuer à travailler dur pour nous assurer que nous pouvons rattraper ceux qui nous devancent.

« Quand vous voyez le rythme récent, il y a une bonne chance de faire de bonnes courses avec Cal. Nous allons profiter de l’occasion pour y arriver. »

Photos © LCR

Source : Crash.net