Après la France et l’Italie, le MotoGP revient en Espagne pour le Grand Prix de Catalogne, 7ème rendez-vous des Championnats du Monde 2018, qui se déroulent du 15 au 17 juin sur le Circuit de Barcelona-Catalunya.

La première pierre du circuit a été posée en février 1989 et la piste a été inaugurée le 10 septembre 1991 avec une course automobile du Championnat d’Espagne du Tourisme. La catégorie 500 a pris la piste en 1992 et 4 éditions du GP d’Europe y ont été disputées. Avec une longueur de 4.727 mètres, il a 5 courbes à gauche et 8 à droite et s’enorgueillit d’une ligne droite principale de 1.047 mètres.

Les 22 éditions du Grand Prix de Catalogne ont été remportées par des motos équipées de freins Brembo, ainsi que les 4 éditions du GP d’Europe disputées sur cette piste : 12 victoires pour Yamaha, 10 pour Honda, 3 pour Ducati et 1 pour Suzuki.

Valentino Rossi y a remporté un total de 7 victoires en  500cc/MotoGP, remportant également les 250cc 2 fois et une fois en 125cc, en utilisant toujours les systèmes de freinage Brembo.

La demande sur les freins pendant le GP

A l’exception de la longue ligne droite, toutes les décélérations sont brusques et en succession rapide. La température de l’asphalte est particulièrement élevée et provoque des problèmes de refroidissement des freins. Par conséquent, les températures de travail des disques et plaquettes en carbone sont plutôt élevées pendant le GP : Cependant, grâce à l’investissement de Brembo dans les matériaux et les processus de production au cours de la dernière décennie, le système de freinage est également pleinement efficace à des températures proches de 800 degrés.

Selon les techniciens de Brembo qui assistent tous les pilotes MotoGP, le Circuit de Barcelona-Catalunya tombe dans la catégorie des circuits de freins très exigeants. Sur une échelle de 1 à 5, il a obtenu une note de difficulté de 5, valeur atteinte uniquement par le Red Bull Ring de Spielberg, le Twin Ring de Motegi et le Circuit International de Sepang. Les 3 autres pistes espagnoles sont toutes moins bien classées : 4 pour Jerez et Aragon, 3 pour Valence.

Avec la piste d’Austin, le Circuit de Barcelona-Catalunya est la seule piste de la première moitié du Championnat sur laquelle les motos de Grand Prix réduisent leur vitesse de 200 km\h au freinage, deux fois à chaque tour : dans le premier virage, la décélération est de 239 km\h alors qu’au virage 10, elle est de 205 km\h.

Pendant chaque tour, les pilotes actionnent les freins 10 fois pour un total d’une demi-minute par tour alors que sur la piste de Barcelone, les voitures de Formule 1 utilisent les freins pendant moins de 13 secondes. Cela signifie que les freins sont utilisés 28 % du temps pendant le Grand Prix de Catalogne et seulement 16 % pendant le Grand Prix d’Espagne de F.1.

Ceci est également dû aux 4 freinages où la décélération maximale est inférieure à 1 g ; la décélération moyenne du Circuit de Barcelone-Catalogne est d’environ 1,08 g. Seuls Sepang, Aragon, Jerez et Austin ont des valeurs inférieures. Comme cela est assez évident, à Barcelone, la décélération en Formule 1 atteint 3,9 g. En résumant toute la force appliquée par un pilote sur le levier de frein Brembo de la ligne de départ au drapeau à damier, le résultat est de plus de 1000 kg: à chaque tour les pilotes sont tenus d’exercer une force de 41 kg, ce qui est considérable compte tenu des températures ambiantes élevées dans lesquelles ils courent.

Les sections de freinage les plus exigeantes

Sur les 10 sections de freinage du Circuit de Barcelone-Catalogne, 2 sont classées comme exigeantes sur les freins, 3 sont de difficulté moyenne, et les 5 autres ne posent qu’un léger défi pour les systèmes de freinage.
Quatre des freinages légers sont situés vers la fin du tracé. Le freinage le plus difficile est au premier virage : les motos GP atteignent 340 km\h avant d’entrer dans le virage à 101 km\h après avoir parcouru 285 mètres en décélération. Il est intéressant de noter que les voitures de Formule 1 atteignent la section de freinage à une vitesse inférieure, “seulement” 317 km\h, mais entrent dans le virage à 156 km/h, une vitesse obtenue après seulement 43 mètres de décélération. Pour compléter les chiffres de ce freinage, les pilotes GP utilisent les freins pendant 5,1 secondes et exercent une force de 6,7 kg sur le levier. La décélération est de 1,5 g. La pression du liquide de frein Brembo HTC 64T s’élève à 11,6 bars.

Les coureurs prennent également une décélération de 1,5 g  au virage 10. La vitesse chute de 267 km\h à 62 km\h en 5,1 secondes et 220 mètres. A ce moment, la force exercée sur le levier est de 6,4 kg et la pression du liquide de frein est de 11 bar.

 

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams :