Quelle journée sur le circuit du Mugello: la course Moto2 a été arrêtée une première fois au drapeau rouge au quatrième tour, suite à une chute de l’Espagnol Xavi Vierge (sa moto a fait exploser l’un des coussins gonflables de protection). Parti de la troisième ligne de la grille de départ, Thomas Lüthi (Garage Plus Interwetten) était en tête au moment de l’interruption, après un départ encore extraordinaire.

Un nouveau start allait être donné après bien des discussions, pour une course ramenée à dix tours; plusieurs pilotes – dont le leader du championnat du monde, Alex Rins – ont été pénalisés pour s’être présentés en retard sur la grille. Ils ont dû s’élancer de la fin du peloton. Pas Tom Lüthi – nouveau départ parfait -, ni Dominique Aegerter et Robin Mulhauser (carXpert Interwetten) pointés respectivement, au premier passage sur la ligne, en sixième et en neuvième positions! Finalement quatrième de la course, Lüthi conserve son troisième rang mondial, alors qu’Aegerter (10e de ce GP d’Italie) retrouve la cinquième place générale. Bilan de cette chaude journée avec le patron, Frédéric Corminboeuf: “Tom a été très présent tout au long du week-end, même s’il y a un léger goût d’inachevé, parce que nous espérions le podium. C’est encore une solide performance, il reste au contact du leader du mondial et il a prouvé une nouvelle fois qu’il avait parfaitement digéré les soucis qu’il connaissait encore ces dernières années au départ et dans les premiers mètres de course. Dominique a gagné une place au championnat, c’est bon à prendre et il a progressé à chacune de ses sorties, même si nous devons encore travailler pour qu’il retrouve de meilleures sensations avec sa moto. Robin a réussi un départ formidable, il était même pointé en neuvième position, il a tenu le rythme pendant quelques tours avant de se désunir quand ses pneus ont perdu de leur efficacité. Dommage, car il avait un super coup à jouer aujourd’hui.”

Ils ont dit…

Thomas Lüthi (Garage Plus Interwetten, 4e): “Quand il se passe des événements comme aujourd’hui, avec une course arrêtée rapidement, puis un second départ retardé, il faut rester parfaitement concentré. Cela fait aussi partie de notre travail. Samedi déjà, j’avais expliqué que la clef de la course se jouerait au départ, je l’ai parfaitement réussi, aussi bien la première que la seconde fois. Las, pour la deuxième course, celle qui allait compter, je ne voulais rien changer à mon choix pneumatique, mais je n’avais plus à disposition une gomme neuve du type qui me convenait parfaitement. Je suis donc reparti avec le pneu utilisé avant l’interruption et à trois tours de la fin, j’ai perdu beaucoup de traction. C’est à ce moment-là que Lowes est revenu sur moi pour la troisième place et que Zarco et Baldassari ont pris leurs distances. Dans le dernier virage, j’ai tout fait pour être collé à Lowes, pour bénéficier de son aspiration, mais mon déficit de traction était rédhibitoire et j’ai échoué à un dixième du Britannique. Je reste troisième du championnat, l’écart avec le leader a diminué de deux points, nous devons continuer sur ce niveau et trouver les petites choses qui m’ont manquées dès les premiers essais, ici, pour être tout devant.”

Dominique Aegerter (carXpert Interwetten, 10e): “J’ai amélioré ma position au championnat du monde, c’est l’un des côtés positifs de la journée. Cela posé, spécialement lors de la deuxième course, avec le pneu plus dur, j’ai commencé à ressentir de bonnes sensations, même si le feeling avec ma moto n’est de loin pas encore parfait. Dans le peloton, c’était chaud, j’ai malheureusement perdu le contact avec le groupe de tête lorsque nous nous sommes touchés avec Axel Pons. Puis Rins, Morbidelli et Nakagami sont revenus. Le résultat n’est pas fantastique mais, par moments, j’ai retrouvé le plaisir de piloter. Merci au team, nous avons essayé beaucoup de choses et nous allons continuer de le faire dès lundi, lors d’une journée de tests.”

Robin Mulhauser (carXpert Interwetten, 21e): “Si seulement j’avais été le roi du dernier tour, plutôt que celui du premier! Je suis déjà bien parti à la première course, mais malheureusement un petit écart avec le groupe de Dominique s’est creusé rapidement. Pour la seconde course, j’ai choisi le pneu plus dur, j’étais neuvième au premier tour, j’ai signé mon meilleur chrono en course à 9 dixièmes seulement du temps de référence, aujourd’hui (Tom Lüthi), mais quand le grip a disparu, j’ai commis plusieurs erreurs. Un premier concurrent m’a passé, puis un second, et mes trois derniers tours ont été catastrophiques. Nous allons maintenant essayer de comprendre ce qu’il s’est passé.”

12b

77b
70

 

 

Tous les articles sur : Dominique Aegerter, Robin Mulhauser, Thomas Luthi