Franco Morbidelli a franchi la ligne d’arrivée du Grand Prix d’Italie en huitième position au terme d’une course qui s’est déroulée dans des conditions proches de la perfection. L’épreuve s’est néanmoins courue sur une distance raccourcie à dix tours, une intervention ayant été nécessaire pour réparer une protection gonflable endommagée.

La grille ayant été revue pour le second départ, Moridelli s’est élancé de la 12e position alors que son coéquipier partait de lui trentième. Victime d’une chute en compagnie de Luca Marini, Alex Marquez avait en effet pu repartir avant le passage du drapeau rouge.

Encouragé par son public, Morbidelli a fait trois bons premiers tours pour se hisser en septième position avant de se retrouver à la lutte avec Dominique Aegerter. Débordé en fin de course par Alex Rins, le pilote du Team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS a finalement dû se contenter de la huitième place.

Pour Marquez, ce Grand Prix d’Italie aura été particulièrement animé. Après sa chute et sa visite du bac à gravier ayant suivi le premier départ, l’Espagnol est parvenu à doubler une douzaine d’adversaires pour terminer en seizième position sous le drapeau à damier.

C’est finalement Johann Zarco qui a remporté cette sixième épreuve du championnat du monde Moto2 2016 devant un public particulièrement nombreux.

Franco Morbidelli : 8e
« Le fait que la course soit interrompue n’a pas été très positif pour moi car cela a rajouté pas mal de stress au fait que je roulais déjà devant mon public. En partant douzième avec seulement dix tours à couvrir, je savais qu’il fallait que je parvienne à doubler un maximum d’adversaires dès le départ. Huitième est aujourd’hui le meilleur résultat que je pouvais obtenir. Je sais que je dois progresser car ce résultat n’est pas celui que nous attendons. Nous allons continuer à travailler avec l’équipe pour faire mieux. »

Alex Marquez : 16e
« Au premier départ j’ai décidé de rester calme dans le trafic mais quand j’ai voulu doubler Marini dans une chicane il a fermé la porte. Ce n’est pas normal de couper les gaz à cet endroit. La seconde partie de la course s’est mieux déroulée même si je partais de loin. J’ai pu doubler pas mal de pilotes quand j’ai commencé à sentir une vibration à l’arrière de la moto. Peut-être était-ce à cause de ma chute en début de course. La chose importante c’est d’avoir fini la course après avoir pu repartir suite à ma chute. Le feeling général du week-end reste positif et je sais que nous pouvons faire mieux la prochaine fois à Barcelone, pour mon Grand Prix. »

Tous les articles sur : Franco Morbidelli, Marc Marquez