Sous une météo délicate, Cal Crutchlow a remporté sa première victoire en MotoGP, 4 ans après son premier podium sur ce même tracé de Brno et 35 ans après Barry Sheene à Anderstop (Suède). Il gagne la course devant Valentino Rossi et Marc Marquez qui compte désormais 53 points d’avance au classement.

“Cal Save the Queen”

Dans ces conditions difficiles, le Britannique a été le seul, avec Loris Baz, a faire le pari au dernier moment de s’élancer en pneus durs avant et arrière, “Cette victoire a mis du temps à venir,” explique-t-il. “J’ai fait le meilleur choix de pneus. J’avais beaucoup de grip par rapport aux autres, j’ai pu me balader parmis eux. Finalement, j’ai su que cette course était pour moi.”

Après une journée de samedi difficile durant laquelle il a chuté et sérieusement endommagé sa RC213V, Crutchlow y voit ici une belle récompense, “Je suis vraiment content pour mon équipe et nous avons travaillé dur pour y parvenir. Ils n’ont pas quitté le circuit avant minuit pour réparer la moto.”

Pourtant le Britannique ne pensait pas y arriver à quelques tours de l’arrivée, “J’ai vu Valentino sur le grand écran et je me suis dit qu’il fallait y aller et j’ai même failli chuter à quatre tours de l’arrivée. Le plus difficile a été de supporter l’excitation de Lucio sur le muret. Si j’avais pu, je lui aurais dit d’aller se calmer ou d’aller prendre un café.”

C’est le plus beau jour de ma carrière en compétition. Je suis très heureux pour tout le monde et tous ceux qui me soutiennent. Nous y sommes enfin arrivés.”

Interrogé sur les difficultés rencontrées par Honda actuellement, Crutchlow répond, “La Honda progresse de plus en plus. La pluie permet de lisser les différences de niveaux entre les machines. D’ailleurs, si Miller avait été là, il aurait rendu la course plus difficile.” Crutchlow assure que Honda accomplit un travail acharné pour faire en sorte que la RC213V soit compétitive sur plus d’un tour.

Un pari pour la fin de course

Rossi a profité de la contre-performance de son coéquipier Jorge Lorenzo (victime de problèmes de pneus) pour prendre sa place au classement provisoire, “Durant le tour de reconnaissance, la piste était vraiment différente du warm up,” explique Rossi. “Je ne savais pas quoi choisir et j’ai échangé avec Pascal [Couasnon, Michelin]. Nous avons opté pour le dur, mais nous n’avons pas été assez courageux pour mettre le dur à l’avant. Je pensais que la course se déroulerait en flag-to-flag et le tendre arrière n’est pas une option, d’ailleurs l’équipe Tech3 a souffert après seulement quelques tours.”

Les premiers tours ont été un cauchemar. La piste n’était pas assez sèche pour un flag-to-flag. C’est mon premier podium après Barcelone et j’ai repris de nombreux points sur Lorenzo.” Et si des conditions similaires surviennent lors des prochaines courses, Rossi se dit prêt.

Après avoir commis plusieurs erreurs cette saison, Rossi n’estime pas être en mesure de reprendre l’avantage sur Marquez, “Non, je ne pense pas gagner le championnat. Je suis trop loin et j’ai commis trop d’erreurs. Mais je n’abandonne pas,” rassure-t-il néanmoins.

Marquez, 53 points

Marc Marquez s’attendait lui aussi à une course flag-to-flag, mais contrairement à Rossi, il a préféré les pneus tendres, “J’ai fait un mauvais choix et c’est entièrement de ma faute,” dit-il. “J’ai essayé de rouler sur la trajectoire humide tout au long de la course [pour ne pas détruire ses pneus]. Cela a suffi et je suis content du résultat. Je me suis senti fort. Je n’ai pas essayé le dur avant car je préfère plus de mouvements.”

Cette différence de performance de la Honda entre le sec et le mouillé est simple à expliquer pour Marquez, “Sur le sec, l’accélération est notre point faible comparé à notre rapidité en courbe. Sur le mouillé, le problème est moins important et cela nous a aidés.” Et par rapport à son coéquipier Pedrosa, “Habituellement, il est rapide… il a probablement quelques problèmes. Il a du talent et il reviendra.”

Si pour Rossi, son retard au Championnat semble une montagne à franchir, pour Marquez, son avance peut facilement disparaître, “Vous pouvez la perdre en deux courses,” se méfie-t-il. “Nous verrons comment nous pourrons gérer la situation. Je me sens fort dans toutes les situations. 53 points représentent un bon avantage, mais ce n’est pas suffisant.”

Dans quelques jours, le paddock MotoGP franchira la Manche pour se rendre à Silverstone sur les terres de Cruchlow.

Tous les articles sur : Cal Crutchlow, Marc Marquez, Valentino Rossi