Vous êtes reposés ? Vous êtes prêts à vous replonger dans les coulisses de la MotoGP en général, et de l’équipe Tech3 en particulier ? Alors c’est reparti avec un Johann Zarco que, rappelons-le, vous pourrez peut-être côtoyer lors d’un week-end de rêve à Misano

Loin de la communication un peu formatée des traditionnels communiqués de presse, les échanges entre le pilote français et les journalistes dans l’hospitalité Tech3 sont d’une richesse et d’une simplicité que les vrais passionnés apprécieront (vous pouvez retrouver tous ses débriefs passés dans notre rubrique (“Interviews“). Il y a toujours le petit détail qui nous fait plonger chaque jour davantage en immersion dans le monde de la MotoGP…

Comme à notre habitude, nous reportons ici l’intégralité des propos de Johann Zarco, de façon brute, donc sans aucune mise en forme ou déformation journalistique.


Johann Zarco : « Pour moi, la journée a été bonne. Nous avons redémarré la saison avec des conditions humides, ce qui était bien pour moi car j’ai ainsi pu reprendre en douceur, ce qui est bien pour le feeling. Je savais que sur cette piste, je pouvais avoir des problèmes sur le mouillé. L’année dernière, cela a été très difficile pour moi en Moto2. Je n’étais pas inquiet, mais simplement concentré pour avoir un bon rythme et rapidement comprendre la moto ainsi que la piste. Je suis heureux de l’avoir bien fait. J’ai toujours été dans le groupe de tête, et pour finir, je finis premier, ce qui est bien pour la confiance sur le mouillé.

L’après-midi, sur le sec, la piste s’améliorait sans cesse mais elle avait aussi besoin de se recouvrir de la gomme des pneus. Tour après tour, le rythme s’est amélioré, et j’étais plutôt OK car j’étais toujours dans le Top 10. Sur la fin nous avons monté un pneu arrière tendre pour améliorer, ce que j’ai fait, et je suis resté dans le groupe de tête, ce qui est le principal pour préparer la qualification de samedi. »

Saviez-vous que la piste allait s’améliorer en recevant de la gomme ?

« Je pense que demain, si c’est sec, ce sera encore mieux. Tout le monde va améliorer et je pense que l’allure devrait être en 1’55. Je dois donc travailler avec l’équipe et rester concentré pour trouver les références sur la piste, pour être en 1’55, puis travailler sur cette allure. »

À cause de la largeur de sa piste, on dit que le circuit de Brno est difficile car il n’est pas facile de trouver ses repères et on peut y avoir différentes trajectoires…

« Avec l’expérience, maintenant, je sais que j’aime ce circuit et qu’il est plutôt bon pour moi. La largeur de son tracé ne me dérange pas et peut même m’aider. Je m’y amuse et quand vous vous sentez bien, vous pilotez comme jamais , et être avec les meilleurs vous apporte une grande confiance et de très bonnes références pour travailler. »

Finalement la piste mouillée de ce matin a été une chance pour vous, afin d’appréhender ce circuit en MotoGP plus tranquillement…

« Exactement ! Et peut-être aussi parce que nous n’avons pas fait de tests ici, c’est mieux, car si nous avions eu une piste sèche durant tout le week-end, il y a beaucoup de choses à travailler et c’est très difficile à la fin du week-end. Dans mon cas, c’est donc bien d’avoir une météo perturbée. »

La séance de ce matin sur le mouillé vous a apporté une confiance pour la course qui devrait se dérouler dans les mêmes conditions ?

« Totalement. J’ai une grande confiance sur le mouillé. Au Sachsenring, nous avons beaucoup roulé sur le mouillé. Quand la piste à une bonne adhérence et que c’est mouillé, j’ai encore du mal à réaliser que la moto puisse avoir une telle adhérence et rouler si vite sur le mouillé. Aujourd’hui, j’ai pu forcer mon esprit et me dire que l’on pouvait aller si vite sur le mouillé. Même si je suis un bon pilote, j’ai encore du mal à croire que l’on puisse aller si vite sur le mouillé. Donc au final, les sensations étaient bonnes et c’était utile de rouler ce matin. Je manquais encore un peu de confiance, mais avec les 20 tours effectués ce matin, je l’ai acquise. »

C’est la confiance qui vous a manqué à Assen ?

« C’est plus le feeling que j’avais au Sachsenring avec des pneus pluie. J’avais la sensation que j’améliorais, mais je pense que j’ai fait un pas en avant supplémentaire. Quand la piste est bonne, tout comme la moto, vous devez attaquer, même sur le mouillé. J’ai pu le faire et je dois le garder à l’esprit pour pouvoir le refaire dimanche si c’est mouillé. »

Combien as-tu eu de journée sans toucher une moto pendant la trêve estivale ?

« Euuuh, j’ai fait trois jours de moto au total, Supermotard car c’est notre meilleur moyen d’entraînement, et j’ai aussi fait un petit essai avec une R1 pour un sponsor, mais ça fait toujours enfiler le cuir et faire des tours sur une piste. Donc la plus longue pause a été au maximum de 10 jours sans moto. On n’est jamais allé au-delà de 15 jours en tout cas. On essaie de faire trois entraînements dans le mois car ça permet de ne faire presque un entraînement moto par semaine. »

As-tu plus de chance de gagner une course sur le sec ou sur le mouillé ?

« (silence) Je vise une régularité sur le week-end, toujours pour préparer au mieux cette qualification afin de partir sur les deux premières lignes, pour, dans un premier temps top cinq, podium, répéter podium, et ensuite victoire. Donc, quelles que soient les conditions, c’est en tout cas un travail régulier qui me mènera à la victoire. On ne sait jamais les coups que l’on peut jouer, mais je vois plus construire quelque chose de solide et déjà arriver souvent sur le podium, ce qui fera déjà engranger énormément de points pour le championnat. Et c’est important. »

Tu n’as pas de préférence ?

« Non. Par rapport à l’essai sous la pluie de ce matin, je suis content d’avoir eu de bonnes sensations, et donc de pouvoir me dire que même dans des conditions de pluie, oui, je peux prendre la confiance est aller jouer la gagne. Dans des conditions sèches, pour l’instant ça reste difficile parce que le rythme sur le sec est toujours tellement intense qu’il y a encore de l’expérience à prendre.
Après, c’est vrai que d’après Laurent , ça sera des conditions séchantes qui…
Je peux prendre l’avantage sur des personnes qui abîment plus leurs pneus que d’autres. C’est vrai que quand ça sèche, j’ai toujours cet avantage, comme quand j’ai fait la pole à Assen. Je n’ai pas eu celle au Sachsenring, mais la manière dont Márquez a fait la pole c’était vraiment dans le style que j’avais l’habitude de faire en Moto2. C’était presque un copié/collé d’Assen. Simplement, je n’étais pas dans la Q2 et ça ne l’a pas fait. Des conditions séchantes m’apportent de bonnes sensations, meilleures que pluie/pluie. Mais c’est dur de jouer la carte seulement là-dessus parce que les pneus ne réagissent quand même pas pareil qu’en Moto2. L’expérience du pneu m’aidait davantage en Moto2. Là, pour l’instant, j’ai parfois de bonnes sensations, et mon style fluide me permet parfois de ne pas trop en demander aux pneus. Dans des conditions séchantes avec des pneus pluie, c’est très efficace, en ce qui concerne l’usure du pneu, j’ai encore de la connaissance et du feeling à prendre. »

Lesquels des neuf circuits à venir te sont plutôt favorables ?

« Pas spécialement. Non. L’an dernier, en Autriche, j’ai eu de bonnes sensations et je ne vois pas pourquoi, avec la Yamaha, ça ne serait pas de bonnes sensations. En tout cas, là, je suis actuellement en République tchèque, un circuit qui me plaît. La Yamaha va normalement très vite sur ce circuit donc j’essaie de travailler et de prendre les repères que je vois à la télé pour répéter tout ça. »

La deuxième partie de saison sera-t-elle un grand défi, quand on sait ce que tu as fait dans la première ?

« Non, en tout cas je n’ai pas cette pression. Je prends course par course. L’objectif principal reste d’être le meilleur débutant de l’année. Pour être meilleur débutant, il faut viser les podiums alors on vise les podiums, et c’est la beauté de la compétition. Savoir utiliser les 100 % de la moto m’amènera au podium parce que la moto vaut totalement cela. »

Pour être premier débutant, il va falloir affronter ton coéquipier qui semble bien progresser…

« C’est pour cela que, déjà, rien que de viser cet objectif est plus que raisonnable. Si on est tous les deux sur le podium, ça va nous régaler dans un premier temps, mettre en avant l’équipe et ce sera du bonheur pour tous les deux. Ça c’est sûr ! Tant mieux ! Je trouve que c’est une super compétition, et cela n’est pas la même pression que j’ai pu expérimenter lors du deuxième titre mondial, l’année dernière. »

Donc une rivalité positive ?

« Oui, très positive ! »

Enfin, quand il est devant toi, quelle est ta première réaction ?

« Tout est possible ! (Rires) Non, je me dis que s’il a fait ça, c’est vraiment que la moto fonctionne bien et que lui aussi est bien. Quand je vois ses performances, je commence aussi, petit à petit, à analyser davantage sa manière de conduire, qu’est-ce qu’il peut faire de mieux que moi ou pas, et donc j’en prends aussi exemple. Parce qu’on a vraiment la même moto. »

Et les usines, qui sont arrivées avec des motos développées pendant l’été, et qui ne sont pas très performantes ?

« Je ne m’en occupe vraiment pas. Je veux vraiment garder la tête libre, et donc je ne m’en occupe pas. »


Classement FP2:

01- Andrea Dovizioso – Ducati Team – Ducati Desmosedici GP – 1’56.332
02- Jonas Folger – Monster Yamaha Tech 3 – Yamaha YZR M1 – + 0.398
03- Danilo Petrucci – OCTO Pramac Racing – Ducati Desmosedici GP – + 0.419
04- Johann Zarco – Monster Yamaha Tech 3 – Yamaha YZR M1 – + 0.530
05- Hector Barbera – Reale Avintia Racing – Ducati Desmosedici GP – + 0.532
06- Scott Redding – OCTO Pramac Racing – Ducati Desmosedici GP – + 0.573
07- Dani Pedrosa – Repsol Honda Team – Honda RC213V – + 0.601
08- Cal Crutchlow – LCR Honda – Honda RC213V – + 0.629
09- Aleix Espargaro – Aprilia Racing Team Gresini – Aprilia RS-GP – + 0.687
10- Marc Marquez – Repsol Honda Team – Honda RC213V – + 0.877
11- Maverick Vinales – Movistar Yamaha MotoGP – Yamaha YZR M1 – + 0.957
12- Alvaro Bautista – Pull&Bear Aspar Team – Ducati Desmosedici GP – + 0.982
13- Pol Espargaro – Red Bull KTM Factory Racing – KTM RC16 – + 1.046
14- Valentino Rossi – Movistar Yamaha MotoGP – Yamaha YZR M1 – + 1.064
15- Jorge Lorenzo – Ducati Team – Ducati Desmosedici GP – + 1.305
16- Karel Abraham – Pull&Bear Aspar Team – Ducati Desmosedici GP – + 1.537
17- Loris Baz – Reale Avintia Racing – Ducati Desmosedici GP – + 1.660
18- Alex Rins – Team Suzuki Ecstar – Suzuki GSX-RR – + 1.710
19- Jack Miller – EG 0,0 Marc VDS – Honda RC213V – + 1.847
20- Andrea Iannone – Team Suzuki Ecstar – Suzuki GSX-RR – + 1.862
21- Tito Rabat – EG 0,0 Marc VDS – Honda RC213V – + 2.105
22- Sam Lowes – Aprilia Racing Team Gresini – Aprilia RS-GP – + 2.306
23- Bradley Smith – Red Bull KTM Factory Racing – KTM RC16 – + 3.050