Comme reporté hier, le team Yoshimura Suzuki Shell Advance a annoncé son deuxième pilote pour les 8 Heures de Suzuka.

La dernière ligne du communiqué faisait mention à l’annonce prochaine d’un troisième pilote et cela est tellement inhabituel que nous ne l’avions pas, dans un premier temps, remarqué.

1/ Pourquoi sortir un communiqué “incomplet”?
Nous sommes encore à deux mois de la manifestation et il n’y a pas vraiment d’urgence apparente à produire un communiqué incomplet, d’autant que l’arrivée de Josh Brookes ne constitue pas un événement en soit.

Tout en se ménageant du temps supplémentaire, la raison semble donc de faire une sorte de teasing sur le troisième pilote qui, pour tout le monde, se nommerait Johann Zarco, d’après les déclarations de ce dernier au Mans.

2/ Dès lors, pourquoi ne pas faire mention de Johann Zarco dans le communiqué officiel?

L’expérience nous a appris que dans 99% dans des cas, il n’y a qu’une seule raison; parce que rien n’est encore signé!

Pour rappel, les seules déclarations de Suzuki au sujet du pilote français concernent les essais de la GSX-RR qui auront lieu au Japon en juin, et une option pour faire courir Johann Zarco en MotoGP si les Japonais le souhaitaient.

Or cette possibilité semble (à priori) intimement liée au fait que Suzuki fournisse au moins une moto satellite. Rappelons qu’il n’y a aucune obligation réglementaire à ce propos, mais seulement une incitation financière de l’ordre d’un million d’euros.

Pour le moment, Suzuki ne souhaite pas fournir de motos satellite l’année prochaine, mais Davide Brivio essaie toujours de toutes ses forces de les faire changer d’avis. Une décision finale interviendra très prochainement à ce sujet.

Mais même si cela se aboutissait, cela ne se ferait vraisemblablement pas chez LCR, le team monégasque ayant plutôt fait connaître sa volonté de vouloir rester fidèle à Honda. Reste Aspar, un team subissant quelques difficultés qui accueillerait sans doute volontiers une aide financière, mais déjà refusé par l’entourage du pilote français l’année dernière alors que Honda était prêt à y fournir ses ingénieurs…

Bref, une situation d’attente assez complexe du côté d’Avignon, et qui semble justifier l’étrange communiqué de presse diffusé hier par Suzuki.

Pour le moment, nous restons donc sur ce qui nous paraît évident; même si tout reste possible, actuellement et dans un futur proche, aucun contrat rien n’est signé entre Suzuki et Zarco pour que le pilote français roule l’année prochaine en MotoGP !

Mais même en cas de non-réalisation de ce projet japonais, le pire n’est jamais certain, et les plus optimistes, dont nous faisons partie, pourront se raccrocher à d’autres solutions nous permettant de voir le #5 en MotoGP l’année prochaine, comme, par exemple, celle qui ne nous semble plus aujourd’hui complètement impossible; l’arrivée de Johann Zarco au sein du team Tech3…

Quoi qu’il en soit, la situation du pilote français devrait sérieusement s’éclaircir entre les Grands Prix de Catalogne et d’Assen.

Wait and see…

 

Tous les articles sur : Johann Zarco