Jorge Lorenzo n’ayant pas atteint le podium du Grand prix de République tchèque, il a donné sa propre conférence de presse dans hospitality Yamaha pour y aborder tous les sujets, après sa course gâchée par ses deux passages dans la pit-lane…

Comme à notre habitude, afin d’éviter toute interprétation journalistique parfois abusive, nous vous proposons ici une traduction “brute” de l’intégralité des propos du pilote Yamaha.


Jorge, pourquoi cette altercation avec votre équipe, et vos deux arrêts?

“Tout d’abord, ils n’ont pas compris, car quand je me suis arrêté, la zone du pneu détériorée était sur le tarmac, et donc le pneu paraissait parfait. C’est donc seulement quand ils ont bougé la moto qu’ils ont compris qu’il manquait un morceau du pneu. C’est donc probablement pourquoi Ramon (Forcada) n’a pas compris pourquoi je voulais changer de moto. J’ai donc changé pour les slicks mais la piste était trop mouillée et c’était vraiment dangereux. Je voulais juste finir le tour et changer à nouveau de moto. Cela ne valait pas la peine de continuer à piloter. Et c’était vraiment pas de chance, car avec ce pneu, nous ne pouvions pas finir la course, tout comme Dovizioso, comme Iannone. D’autres pilotes ont pu finir la course, mais je ne pouvais pas. J’étais probablement le pilote le plus rapide à ce moment, avec Cal et Rossi, qui étaient plus ou moins les plus rapides en piste. Et je sentais que je pouvais être encore plus rapide, pour finir probablement 3e ou peut-être même 2e. Mais je n’ai pas pu finir la course.”

Auriez-vous souhaité faire un choix de pneus différent?

“Non, j’aurais juste souhaité ne pas avoir ce problème avec le pneu. Le pneu avant était probablement à sa limite de par sa construction, et certains pilotes ont eu des problèmes, d’autres non. Mais peut-être qu’avec quelques tours de plus, la plupart des pilotes auraient eu ce même problème.”

Votre style de pilotage affecte-t-il davantage le pneu avant?

“Alors il affecte aussi Iannone et Dovizioso, et Maverick, qui a fini avec des problèmes. Je ne pense pas que ce soit le problème. Il y a probablement juste des petites différences entre les pneus, ils ne sont pas pareils, et mon pneu, probablement… (silence)
Mais je ne sais pas, peut-être des réglages, non? Mais ceci ne devrait pas arriver. Et c’est une expérience dont Michelin doit se servir pour essayer de faire une sorte de pneus différente afin que cela ne se reproduise plus. Car si les conditions sont similaires, alors cela pourrait survenir de nouveau sur une autre piste. Et cela ne doit pas arriver. Michelin travaille très dur, je sais cela. Je suis conscient qu’ils ont travaillé pour améliorer le feeling par rapport au slick avant, et ils ont réussi. Ils ont aussi résolu le problème des morceaux du pneu arrière. Mais cette fois, cela a été le pneu pluie qui a eu ce problème.”

7 courses à faire et Rossi a dit qu’il se battait avec vous pour la deuxième place du championnat…

“Il a dit qu’il se battait avec moi pour la 2e place? Bon, je veux être champion. J’ai fini de nombreuses fois à la deuxième place. Je suis fier d’être resté de nombreuses fois lors des 7 ou 8 dernières années, premier, deuxième, premier, deuxième, troisième en 2014. Mais je veux vraiment gagner.  Je ne pense pas au championnat, ce matin je n’ai pas pensé au championnat. J’ai juste pensé à piloter du mieux possible et faire le meilleur résultat que l’on puisse. Puis, après la course, on a vu le classement et on a vu où on était. Mais je ne pense pas au championnat, je pense juste à gagner autant que possible. Je pense qu’ici on avait une grosse chance de gagner sur le sec, c’était plus difficile sur le mouillé. Mais aujourd’hui, avec la pluie ou dans les conditions mixtes, nous avions une chance de finir à la 2e ou 3e place.”

7 courses, c’est assez pour rattraper 59 points?

“Disons que c’est moitié-moitié. La moitié de malchance, et la moitié de mauvais feeling et de mauvaises performances sur le mouillé. Ce sont nos problèmes principaux. Pour moi, sous la pluie,  mais aussi la malchance. Pour Rossi, la malchance a été de casser le moteur au Mugello. Donc cela fait que Marquez est bien en avance au niveau des points. Et aussi, bon, il marque presque tous les meilleurs résultats qu’il peut sur chaque circuit. Il fait donc un très bon travail avec la moto qu’il a. Et nous avons été malchanceux, et pour ma part, pas assez compétitif sous la pluie avec ces pneus.”

Vous vous attendiez à une course Flag to Flag ou sur le mouillé?

“Je n’étais pas sûr. Je n’étais pas sûr que ce soit pareil qu’en Allemagne car mon instinct  me disait que la piste ne sécherait pas assez vite pour changer de moto. Quelque chose me disait de prendre le pneu arrière Dur, car nous ne changerions pas de moto. C’est pourquoi j’ai mis l’arrière Dur, et c’était la meilleure option aujourd’hui. Peut-être que la meilleure option était de mettre l’avant Dur, comme Cal a décidé, mais ce n’était pas facile de prendre cette décision. Tout comme mettre l’avant Dur sans l’avoir essayé durant le warm up. Tout comme le sentiment que même le Tendre était trop dur sous la pluie pour nous.”

Tous les articles sur : Jorge Lorenzo