Après notre point sur les moteurs Yamaha publié lundi soir, nous avons bien évidemment contacté Hervé Poncharal pour aborder le sujet. Pas seulement ce sujet, d’ailleurs, mais le reste viendra plus tard…

Rappelons que les pilotes de l’équipe Tech3 ont inauguré leurs moteurs #3 au Mugello, ceux-là même qui ont cassé dans le team officiel après avoir fait les courses de Jerez et du Mans.

Hervé, avez-vous strictement les mêmes moteurs que l’équipe officielle?

“Honnêtement, au risque de vous décevoir, je n’en sais rien; nos moteurs sont plombés et les leurs aussi. Donc on n’en sait rien, mais tout ce qu’on sait, c’est que quand on superpose les courbes, que ce soit en accélération  ou en vitesse de pointe, c’est exactement pareil, trait pour trait. S’il y avait des modifications, on devrait logiquement le voir un peu, mais là, non : en performance, c’est exactement pareil. Après, comment ils l’obtiennent, je n’en sais rien. Et il y a aussi une chose qui est claire; l’usine est toujours servie en premier, quand les tests en amont par les pilotes d’essais, puis les tests par les pilotes officiels, ont validé des évolutions. Mais, à cause du règlement, cela ne peut pas concerner le moteur lui-même.”

Par rapport à vos moteurs, êtes-vous inquiet pour le futur?

“Non! Non! je ne suis pas du tout inquiet parce que même si deux moteurs ont été cassés, ce qui est tout d’abord rarissime, je fais totalement confiance à la réaction de Yamaha qu’il va y avoir, suite à l’analyse de ce qui s’est passé. J’ai une totale confiance dans Yamaha et ses techniciens pour nous donner un matériel performant et fiable. Je n’ai aucun doute que ce qui s’est passé au Mugello va peut-être engendrer de petites modifications, petites car les moteurs sont plombés, mais je ne suis aucunement inquiet.
Maintenant, comme dans tout sport mécanique, il y a toujours un risque et je sais très bien que si nous cassons un moteur à Barcelone, vous allez vous moquer de moi (rires), mais sincèrement, je ne suis pas du tout inquiet.”

Tous les articles sur : Bradley Smith, Pol Espargaro