C’est un Jules fatigué mais satisfait que nous avons retrouvé au lendemain de sa sixième place, synonyme de meilleur résultat en Grand-Prix. De retour dans le Nord de la France, le pilote Ongetta en a profité pour revisualiser sa course afin de progresser, encore, encore et toujours.

C’est certainement ce qui le différencie le plus des autres; Jules Danilo est un bosseur. Il analyse constamment ses performances, et c’est sa vision du week-end que nous vous proposons aujourd’hui.

Avant d’aborder la course, avais-tu envisagé une stratégie précise ?

Jules Danilo: “En regardant les chronos des qualifs je savais que ça allait être serré, comme au Mugello. Il allait falloir être très à l’aise et incisif sur les freins. Et grâce à mon équipe, la moto me le permettait.
Dès le début de course, j’avais décidé de rester tranquille car je sentais que devant c’était un peu agité, mais il fallait faire attention à ce que le groupe de tête ne se sépare pas. Quand j’ai vu que j’étais dans le top 10, j’ai décidé de rester à ma position afin d’économiser mes pneus, pour pouvoir placer mes attaques à la fin, tout en étant pas trop loin des leaders.
Cela a bien fonctionné car à la fin il y a eu une petite cassure et j’ai été capable de recoller instantanément avec les cinq premiers. C’était suffisant pour être tranquille par rapport aux gars de derrière et se concentrer sur la tête.”

Dans le dernier tour on se dit « J’assure la sixième place » ou « Je vise le podium » ?

“Moi, clairement je voulais doubler le plus de pilotes possibles. Ca a roulé vite dans le dernier tour, c’est d’ailleurs là que je réalise mon meilleur tour en course.  Je n’ai pas tout de suite réalisé que je pouvais me battre pour le podium, c’est vraiment dans le dernier grand droit avant la chicane que j’ai compris que j’avais une chance. Malheureusement dans la cassure j’étais à l’extérieur, et quand les autres ont relevé, j’étais obligé d’élargir et je suis sorti dans le vert, puis dans l’herbe. Je n’ai pas pu bien prendre le dernier secteur, c’est un peu dommage, mais je dois me satisfaire de terminer sixième, si proche de la tête et du podium.”

Assen est-il un circuit que tu apprécies plus que les autres ?

“Non pas particulièrement. Pendant les trois semaines de coupures j’étais frustré car à Barcelone j’avais fait un week-end très solide, et après deux tours j’étais au sol à cause d’un autre pilote. En plus j’avais une douleur à la hanche, je ne pouvais pas m’entraîner. J’étais déçu et je me demandais ce que ça allait donner à Assen car l’an dernier c’était compliqué, j’étais très loin sur la grille, sans aucun feeling. Et finalement, vendredi, dès que je suis remonté sur la moto, je me sentais aussi bien qu’à Barcelone.”

Il y a effectivement une grosse progression par rapport à l’an dernier, d’où ça vient ?

“Je pense que c’est un mélange entre ma manière de piloter et les réglages de la moto. Maintenant à chaque fois qu’on arrive sur une nouvelle piste, je retrouve la même moto, ça aide pour la confiance.
Et puis j’ai également changé ma manière de piloter, notamment dans les virages serrés et sur la première prise des freins.”

Comment es-tu parvenu a progresser sur ces points ?

“Je pense que les entraînements avec la Yamaha 125-YZF, sur des petites pistes, ça aide. Et puis je savais que j’avais un problème sur les freins l’an dernier, alors j’ai essayé de changer ma technique car c’est vraiment un handicap, notamment pour doubler. Maintenant je suis beaucoup plus à l’aise, et en course ça permet d’être plus serein, plus lucide, tu peux plus facilement choisir les endroits où tu attaques.”

Actuellement 13ème au championnat avec 39 points, le team ou toi, visez-vous un objectif particulier ?

“L’objectif est d’être dans les dix, tout le temps. J’ai perdu de gros points au Mans et à Barcelone, où je pense sincèrement que j’aurais pu faire aussi bien qu’à Assen. Peut-être moins bien au Mans, mais à Barcelone c’était sûr et certain. Mais maintenant c’est fait, et j’ai gagné de l’expérience, notamment en bagarre. Dans le futur, je sais que je devrais être plus agressif pour être dans les dix.”

Merci Jules, et encore félicitations. Le travail paye !

 

Tous les articles sur : Jules Danilo