Lors de conférence de presse post-qualification de Motegi, un de nos confrères français a osé poser la question suivante à Jorge Lorenzo: “Avez-vous senti la protection de l’airbag lors de votre chute ?”

Réponse de l’intéressé: “Oui, il a été OK. Il a bien fonctionné. Merci.” (voir ici pour tous les propos de Jorge Lorenzo)
Le problème, si problème il y a, c’est que le regard lancé au journaliste français était rempli d’ironie et que cela a fait plus que sourire Johann Zarco.

Pourquoi?
Car depuis un bon moment, le pilote majorquin n’utilise quasiment plus de combinaison avec un airbag. Nous avions d’ailleurs déjà attiré votre attention sur le sujet.

Ceux d’entre vous qui ont le pass MotoGP.com peuvent le constater en visionnant  la vidéo de la chute ici: aucun gonflement d’un éventuel airbag n’y est visible. Nous pensons donc sincèrement qu’il n’en n’avait pas lors de sa très spectaculaire chute survenue en FP3.

Quelles qu’en soient les raisons (gêne plus grande pour piloter?), et sauf erreur de notre part, c’est le choix du #99, et il serait complètement absurde et prétentieux de vouloir le juger. Et c’est un choix pleinement assumé puisque même après cet énorme highside, d’airbag il n’y avait point l’après-midi, comme le montre par exemple notre photo des diodes absentes prise lors de la FP4…
Sa déclaration peut évidement s’expliquer par les besoins marketing de son partenaire, à l’image de l’eau que boivent les pilotes dans leurs canettes de boissons énergisantes.

Nous avons interrogé Hervé Poncharal qui, en tant que Président de l’IRTA, faisait partie de la  Commission Grand Prix qui s’est tenue le 15 octobre 2016 et, avec Carmelo Ezpeleta (Dorna), Ignacio Verneda (FIM), et Takanao Tsubouchi (MSMA),  et qui a pris la décision de rendre obligatoire les combinaisons avec airbag dès 2018, pour lui demander si cela avait quelque chose à voir avec la chute de Jorge Lorenzo.

Hervé Poncharal: “Non. C’est un projet sur lequel nous travaillions depuis 2 ans et qui a été initié par les fabricants de cuirs, une fois leurs produits mis au point. Leur technologie est maintenant pleinement opérationnelle et nous ne pouvons qu’être favorable à tout ce qui touche la sécurité, et ce quelle que soit la catégorie. Il n’y a pas de raison qu’un jeune du Moto3 soit moins protégé qu’un cador du MotoGP. Au niveau du timing, la mise en application était un peu juste pour 2017 et sera donc obligatoire pour 2018. Mais cela n’a rien à voir avec la chute de Lorenzo; c’est une décision qui a déjà été prise il y a plusieurs Grands Prix et qui a simplement été entérinée à Motegi. Quant à ce que vous affirmez sur Jorge Lorenzo, je n’en sais absolument rien et je vous laisse la responsabilité de vos dires. En tout cas et heureusement, il a été bien protégé car l’impact a été très violent et il s’en est sorti avec juste une petite entorse passagère. J’ai dîné avec lui samedi soir, et il était nickel. Les équipementiers font vraiment du bon travail.”

Tous les articles sur : Jorge Lorenzo