Comme détaillé précédemment (voir ici), des essais Moto2 et Moto3 auront lieu demain et mercredi sur le Red Bull Ring.

Le Leopard Racing sera donc présent et, pour cette fois, Fabio Quartararo disposera d’une personne pour faire le “bord de piste, et pas n’importe qui puisqu’il s’agit ni plus ni moins de Randy de Puniet, le plus expérimenté et le plus « capé » des pilotes français MotoGP de ces 10 dernières années.

Nous avions déjà remarqué le rapprochement entre le jeune Niçois et l’actuel pilote d’essais Ktm MotoGP, aussi, avons-nous contacté Randy de Puniet pour obtenir plus de détails sur cette initiative sympathique.

Randy, comment le plus expérimenté pilote français MotoGP rencontre le plus jeune espoir français et décide de travailler ensemble?

“En fait, on se connaît depuis longtemps, au moins 10 ans et j’avais déjà roulé avec lui, quand il était tout jeune, sur une Conti à Alès, en 2009 peut-être. Ensuite, on ne s’est pas vraiment perdu de vue, mais j’avais mes choses à faire et lui aussi. Je suivais cependant ce qu’il faisait en Espagne, jusqu’à ses titres en Moto3. Quand il est arrivé en Grand Prix, je le suivais de loin, car je n’étais plus sur les circuits. Et comme je sais qu’il cherche parfois des personnes pour faire du sport, et qu’on n’habite pas très loin l’un de l’autre, ça a commencé comme ça, en faisant un peu de sport ensemble; du karting, du cross, du vélo, etc.
Et comme on s’entend bien, il m’a demandé si j’étais disponible pour venir sur une séance d’essais avec lui. L’idée était d’autant plus excitante que, durant des tests, on peut travailler plus sereinement, sans pression, par rapport à une course. Ça permet de voir ce que je peux réellement lui apporter du bord de piste. Je vais donc faire le travail classique de bord de piste; le regarder, le comparer aux autres pilotes, prendre ses partiels, etc, et je pense que je peux apporter quelque chose car, jusqu’à présent, il n’avait pas réellement cela de son côté pour l’aider. Avec mon expérience de pilote, je peux sans doute l’aider dans différents domaines, sur piste et en dehors. En pilotage mais aussi pour gérer des réactions plus comportementales face à des situations de course. Ça peut être un plus. On verra bien…”

C’est une opération ponctuelle ou à plus long terme?

“Pour l’instant, c’est juste pour ces essais. De toute façon, entre mes essais pour Ktm et ma présence sur Eurosport, ce ne serait pas possible d’être présent sur un Grand Prix à ses côtés. Par contre, continuer à s’entraîner physiquement ensemble, ça c’est jouable. De toute façon, on fera un premier bilan après ces essais en Autriche.”

Dans cette opération, qu’est-ce qui t’excite le plus; transmettre ton savoir ou faire progresser Fabio?

“C’est un tout. C’est cool de voir un jeune motivé comme Fabio, qui un gros potentiel. Mais en ce moment, ça ne se passe pas très bien et il y a pas mal de petites choses qui n’ont pas fonctionné, alors si je peux l’aider à faire une meilleure fin de saison, ce serait positif.”

Pour bien qu’on se rende compte quel votre degré de proximité, vous vous appelez combien de fois dans la semaine?

“En général, trois ou quatre fois. Soit pour faire du sport ensemble, soit, quand on ne peut pas, lui donner des conseils à distance. Mais même quand on fait du sport, on travaille plus qu’on ne s’amuse. Par exemple, en karting ou en cross, on ne se tire pas la bourre; par exemple, je lui dis “attaque pendant 20 minutes sans faire de faute”. Puis je me mets juste derrière lui et je note chaque petite erreur, s’il en fait. Ça permet de travailler des situations que l’on peut retrouver en course.”

Tous les articles sur : Fabio Quartararo, Randy de Puniet